Une danseuse au MAH

Les performances émotionnelles de Christine D’Andrès

La chorégraphe, danseuse et ergothérapeute Christine D’Andrès a proposé plusieurs performances dansées dans les salles du MAH entre août et décembre 2022.

Les performances émotionnelles de Christine D’Andrès

La chorégraphe, danseuse et ergothérapeute Christine D’Andrès a proposé plusieurs performances dansées dans les salles du MAH entre août et décembre 2022.

La danse au MAH: de la performance à la médiation

La danse est un art omniprésent au sein du Musée d’art et d’histoire. On ne compte plus le nombre de performances proposées dans les salles d’exposition temporaire comme dans le parcours permanent. On y croise des danseurs professionnels issus de grandes écoles traditionnelles, mais aussi des spécialistes du hip hop se mouvant entre les statues de marbre. Ces artistes s’inspirent des postures complexes des corps antiques et des émotions déclenchées par certains tableaux.

 

©MAH, photo : Mike Sommer

La Médiation culturelle du MAH s’est vite emparée de ces liens manifestes entre art et danse: Lucy Nightingale, formée au Royal Ballet de Londres, travaille directement avec une médiatrice lors de visites sur mesure pour les familles, explications et chorégraphies s’entremêlant dans les salles beaux-arts ou les accrochages temporaires. Entre médiation et performance, la danse prolonge les corps et anime des scènes figées par les artistes.

Une recherche expérimentale

Christine D’Andrès, chorégraphe, danseuse et ergothérapeute, s’intéresse de près aux liens entre mouvement, corps et arts visuels. Mais son travail ne consiste pas à répondre aux émotions exprimées par les œuvres. Christine D’Andrès déambule dans les salles et se laisse aspirer, séduire ou repousser par les objets d’art qui rythment son chemin. La voilà qui se met à bouger devant La Vague (1907) de Carlos Schwabe, qui dépose des vêtements devant Vénus et Adonis (1795) d’Antonio Canova, puis qui revêt les robes et autres chemises laissées sur son passage pour prolonger son approche des œuvres.

Se focalisant sur ses propres émotions, elle se laisse absorber par les images et exprime son ressenti par le geste ou en restant parfaitement immobile.

Les publics ne sont pas invités à venir découvrir son travail à proprement parler. C’est par hasard qu’ils croisent cette femme à la longue chevelure, immobile ou animée, devant les paysages de Ferdinand Hodler. Certains restent et l’observent, d’autres se précipitent vers le gardien pour en savoir plus, d’autres encore passent leurs chemin sans la voir…

Christine D’Andrès explique son travail: «Pour mieux comprendre ce dialogue entre arts visuels et danse, pour mieux l’appréhender et pour pouvoir l’insérer dans mes prochaines créations, il me faut l’éprouver. Pour comprendre ensuite ce que j’ai traversé et pour m’aider à mener une réflexion approfondie sur le sujet, j’ai besoin de m’entourer d’artistes qui apporteront leur propre éclairage. Nous confronterons ainsi nos idées, nos savoirs, nos vécus, nos regards artistiques variés; ils bousculeront peut-être quelques-unes de mes certitudes; ils me diront ce qu’ils ont perçu de ma traversée en résonance avec les œuvres et nous écrirons ensemble un carnet de bord de tout le processus.»

Pendant deux heures, on l’observe regarder et réagir aux œuvres. Parfois même, on se demande qui regarde qui – comme si Hodler, au regard sévère dans ses autoportraits, s’autorisait un sourire en la surprenant en train de le dévisager. Car les œuvres se transforment à son approche: nous croyons souvent tout savoir de la collection, des auteurs, des techniques, des contextes artistiques mais les gestes de Christine D’Andres ouvrent d’autres dimensions, révèlent des émotions inédites.

©MAH, photo : A. Fiasson

Parcours en trois étapes

Le travail de Christine D’Andrès se découpe en trois actes, répartis en trois lieux choisis pour leur architecture, le type d’œuvres qu’ils exposent et leur situation géographique.

Tout a commencé à l’Espace HUIS CLOS à Sierre (Valais) sous le regard du photographe Louis Dasselborne, dans une seule pièce en l’absence de public et sans musique. Cette première phase a notamment été inspirée par l’exposition Graphic Skin de l’artiste mexicain Manolo Cocho.

Le voyage s’est poursuivi au Liban, au Musée national de Beyrouth et dans différents sites archéologiques. La performance a cette fois consisté à faire le lien entre l’absence de certaines pièces antiques de leur lieu d’origine et leur présence mise en scène dans les salles du musée. Ces recherches dansantes se sont faites en compagnie de l’autrice et performeuse libanaise Valérie Cachard et sous le regard du réalisateur Salim Mourad.

Le Musée d’art et d’histoire a donc été la dernière étape* de cette tournée dans les arts visuels, avec une approche différente puisqu’il s’agissait, cette fois, d’une déambulation pendant les heures d’ouverture et sans musique.

©MAH, photo : A. Fiasson

 

* Les sessions au MAH se sont déroulées le 16 août, le 30 septembre, le 29 novembre et le 13 décembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.