Expositions

Chaque année, le Musée d’art et d’histoire programme une quinzaine d’expositions temporaires. Cette programmation répond à des critères comme la découverte des collections et leur mise en valeur, les collaborations internationales, les recherches menées sur les œuvres par les scientifiques du MAH ou la recherche de la transversalité dans la collection du musée.

Un arbre dans la ville

Photographies de Jean-Marc Meunier à la Maison Tavel

Dans sa série Shopping Streets, le photographe Jean-Marc Meunier (1958-2020) s’intéresse aux rues marchandes uniformisées des villes européennes, traversées par une foule anonyme. La nature semble avoir déserté ces centres bétonnés, saturés d’enseignes publicitaires. Il suffit pourtant de parcourir les 150 clichés réunis par Eveline Notter dans l’exposition La Ville devant soi, visibles à la Maison Tavel jusqu’au 9 janvier 2022, pour remarquer que l’artiste valaisan tente tout autant de saisir l’urbanisation croissante que les vestiges de la nature, ces «ruines romaines» comme il les appelle. Dans plusieurs séries emblématiques, son regard se porte sur des arbres dénudés ou, au contraire, parés pour les fêtes de fin d’année. Ils deviennent alors le sujet principal et la ville, la toile de fond.

Continuer la lecture…

À bout de souffle pour une taille de guêpe

Une brève histoire du corset

 À l’évocation du corset, notre imagination s’emballe, projetant des images de femmes à la taille excessivement fine. Entre érotisme, contrainte et prestige, le corset est un élément essentiel de la garde-robe féminine occidentale durant près de quatre siècles, dont l’évolution est étroitement liée à celle des canons de beauté. Les objets présentés dans l’exposition Pour la galerie. Mode et Portrait permettent d’en raconter l’histoire…

Continuer la lecture…

Pour la galerie. Mode et portrait

Entre pouvoir, soif d’évasion et foire aux vanités

Le portrait est l’un des points forts des collections de peinture du Musée d’art et d’histoire: avec le paysage, il sert de fil rouge au nouvel accrochage des salles permanentes, qui déroule une histoire de l’art occidental depuis la Renaissance, au prisme du goût des collectionneurs genevois qui les ont réunies. L’exposition du musée Pour la galerie. Mode et portrait propose un autre point de vue sur ce genre clé de la période moderne et contemporaine, jadis réservé à une élite, mais qui a fait irruption dans nos vies par le biais de la photographie, des téléphones portables et des réseaux sociaux. Rompant avec la chronologie pour confronter les époques, l’exposition propose d’en explorer les codes, les continuités et les ruptures, en mettant en avant l’un de ses principaux accessoires: le vêtement.

Continuer la lecture…

L’« épée à la romaine » de Jean-Gabriel Eynard

Un glaive de l’École de Mars revisité

L’exposition Le goût de l’antique, qui met en lumière l’anticomanie développée par Jean-Gabriel Eynard (1775-1863) et son épouse, née Anna Lullin de Châteauvieux (1793-1868), est l’occasion de découvrir un glaive d’apparat ayant appartenu à l’illustre financier et diplomate genevois, offert au musée en 1922 par sa petite-fille, la peintre et bijoutière Marie Bedot-Diodati (1866-1958) [fig. 1].

Continuer la lecture…

La peau de léopard, entre prestige et popularisation

Une fourrure hautement symbolique

Aujourd’hui, le motif léopard se voit partout, sur les pantalons, les T-shirts, les sacs, les lunettes … D’où vient cette grande popularité, alors que la fourrure du léopard était jadis réservée à une élite? L’exposition Pour la galerie. Mode et portrait met en lumière de tels phénomènes, esthétiques, sociaux et culturels, en confrontant portraits et vêtements du XVe siècle à nos jours.

Continuer la lecture…