Expositions

Chaque année, le Musée d’art et d’histoire programme une quinzaine d’expositions temporaires. Cette programmation répond à des critères comme la découverte des collections et leur mise en valeur, les collaborations internationales, les recherches menées sur les œuvres par les scientifiques du MAH ou la recherche de la transversalité dans la collection du musée.

Georges Adéagbo

Un CD de Lisa Stansfield entre les mains de Dark Vador

«Marchant, je passe devant quelque chose abandonné au sol, oublié sur un banc, et cent pas plus loin, une voix dans ma tête me dit: reviens et emmène-moi… !1» La main qui recueille cet objet est celle de Georges Adéagbo, artiste né au Bénin en 1942. Attentif aux couleurs, aux formes, aux mots, il repère une chose délaissée par un passant ou rejetée par la mer tout en collectant figurines, livres, journaux, magazines et CD dans diverses brocantes et échoppes. Il emporte ses multiples trouvailles dans son atelier et les associe à d’autres objets et illustrations. C’est ainsi qu’est né le diptyque La Philosophie de l’art… et L’Eau, la clé… conservé au Musée d’art et d’histoire. Il est aujourd’hui présenté à la Maison Tavel à l’occasion de la parution d’un ouvrage qui ravive le souvenir de la venue de l’artiste à Genève en 2018.

Continuer la lecture…

Max van Berchem

Le voyage en Syrie de 1895

Depuis le 16 avril, et jusqu’au 6 juin, une exposition dossier est consacrée à Max van Berchem (1863-1921). Parmi les nombreux voyages effectués par le savant genevois pour mener à bien ses missions scientifiques, il en est un qu’il entreprend pendant deux mois en Syrie, au printemps 1895, en compagnie du jeune architecte Edmond Fatio (1871-1959), beau-frère de son frère Victor. L’entreprise a pour but de rassembler des matériaux pour son grand œuvre, le Corpus inscriptionum arabicarum, recueil systématique de toutes les inscriptions arabes, commencé quelques années auparavant.

Continuer la lecture…

Gros plan sur le bijou d’auteur II

Espaces

Ce printemps voit fleurir d’inédites propositions au Musée d’art et d’histoire. Avec l’intégration des arts graphiques, l’institution ouvre la voie à des accrochages pluridisciplinaires. Les œuvres se répondent et démontrent que les démarches des artistes se rejoignent autour d’une thématique commune, s’entremêlent, se nourrissent les unes les autres à travers le temps et par-delà les médiums et les techniques.

Continuer la lecture…

Gros plan sur le bijou d’auteur I

Contradictions

Ce printemps voit fleurir d’inédites propositions au Musée d’art et d’histoire. Avec l’intégration des arts graphiques, l’institution ouvre la voie d’un accrochage pluridisciplinaire: la présentation Contradictions soutient et enrichit le discours sur les processus de création. Les œuvres se répondent et démontrent que les chemins empruntés se rejoignent, s’entremêlent, se nourrissent les uns les autres à travers le temps et par-delà les médiums et les techniques.

Continuer la lecture…

«Des mots, des mots, des mots»

Stefano Boccalini, La raison entre les mains

En découvrant l’exposition à la Maison Tavel, La raison entre les mains, Hamlet aurait sans doute à nouveau exprimé sa désillusion en prononçant sa fameuse réplique: «Words, words, words». Et à juste titre, car une trentaine de mots occupent les espaces du bâtiment historique. Mais les vocables de Stefano Boccalini  ne pointent pas l’insignifiance des signes placés côte à côte, comme le suggérait le célèbre personnage de Shakespeare; au contraire, en présentant des mots libérés des contraintes syntaxiques, l’artiste italien interroge leur potentialité sémantique en la doublant d’une remarquable valeur esthétique. Principalement composés de grandes lettres sculptées dans le bois, brodées, tissées de fils de coton ou de fibres végétales, ils sont disposés dans les salles et recoins de la demeure genevoise. Leur transformation en œuvres d’art est le résultat d’une étroite collaboration entre Stefano Boccalini et des artisans d’une région alpine du nord de l’Italie. Le fruit de ces échanges privilégiés est présenté pour la première fois au public à la Maison Tavel, du 1er avril au 27 juin 2021.

Continuer la lecture…