Sylvie Aballea

Assistante conservatrice – Beaux-Arts

Sylvie Aballéa est assistante conservatrice au sein du domaine des Beaux-Arts et gère les collections du Moyen-Âge, après avoir travaillé plusieurs années dans le domaine des Arts-appliqués. Elle a étudié à l’Université de Genève puis de Vienne et a obtenu son doctorat ès Lettres en histoire de l’art médiéval sous la direction de Gerhard Schmidt et Roland Recht en 2000 à Genève. En 1991, elle a assisté Claude Lapaire dans le commissariat de l’exposition "Stalles de la Savoie médiévale" au Musée d’art et d’histoire et dans la rédaction du catalogue. Dès 1995, elle a travaillé au MAH, puis au Musée Ariana (collections vitrail et de verrerie) où elle a notamment organisé la Journée annuelle du vitrail. En 2011, elle a rejoint le domaine des Arts appliqués du MAH (collections médiévales) et a été commissaire des expositions "Ferveurs Médiévales" à la Maison Tavel en 2013 et "Châteaux forts et chevaliers. Genève et la Savoie au XIVe siècle" en 2016. En 2021, elle a intégré le domaine des Beaux-Arts et a assuré en 2022 le co-commissariat de l’exposition "La montagne en perspective". Elle publie régulièrement des ouvrages scientifiques et des notices de catalogues.

Saint Pierre et Genève

À Genève…

Lié aux premiers temps chrétiens à la vénération des martyrs, étendu peu à peu aux figures exemplaires de la religion (les «confesseurs»), le culte des saints a connu jusqu’à aujourd’hui une évolution permanente. Sa réglementation par l’Église à partir des XIIe et XIIIe siècles s’est faite très progressivement, si bien que, durant tout le Moyen Âge, ses formes varièrent en fonction des volontés de la hiérarchie diocésaine, de l’implantation des ordres religieux, de la ferveur populaire ou des difficultés vécues par les fidèles qui cherchaient dans la protection des saints un remède à leur maux et une espérance de salut.

Continuer la lecture…

Les saints et les saintes au Moyen Âge

Des saints disparus

À la fin du Moyen Âge, les saints et les saintes accompagnent chacun, sa vie durant, de la naissance à la mort. Le nom de baptême est notamment donné en leur honneur. On les invoque aussi régulièrement pour des demandes particulières, lors de maladies ou de difficultés. Les saints sont à la fois les amis de Dieu et ceux des hommes. Ils aident ces derniers à progresser sur le chemin du paradis. Leur dévotion est familière, affective et mêlée d’espoir. Les fidèles cherchent dans leur protection un remède à leurs maux, en particulier lors des grandes épidémies de peste. Mais c’est surtout au moment de la mort qu’ils ont besoin d’eux. Les saints sont alors les avocats des défunts pouvant adoucir le jugement de Dieu. Cependant, aux XIVe et XVe siècles, le salut individuel est une affaire collective: le sort du défunt repose entre les mains de la communauté des croyants, qui prient les saints d’intercéder en sa faveur.

Continuer la lecture…