Les Quatre parties du jour

Un exercice de style par Joseph Vernet

Présentée jusqu’au 2 octobre dans les cabinets consacrés aux arts graphiques au MAH, l’exposition La course du temps s’intéresse, entre autres, à l’évolution de la représentation des Quatre parties du jour dans la gravure européenne du XVIe au XVIIIe siècle. Une série intéressante de Joseph Vernet (1714-1789) sur cette thématique manque malheureusement à l’ensemble d’œuvres sélectionnées. Et pour cause, son format et son montage empêchent de la présenter dans de bonnes conditions.

Continuer la lecture…

Un autoportrait rarissime de Jean-Étienne Liotard

Une prestigieuse acquisition pour les Arts graphiques

À l’automne 2019, le MAH se portait acquéreur du Portrait de Madame Sophie de France du célèbre peintre genevois Jean-Étienne Liotard (1702-1789). Dans le blog qu’elle lui consacrait, la conservatrice-en-chef Lada Umstätter soulignait que le MAH possédait de cet artiste «la totalité – à une exception près – de son œuvre gravé». Cette lacune est aujourd’hui presque comblée avec l’acquisition de ce premier autoportrait gravé par Liotard auprès d’une galerie parisienne¹. Il est à découvrir actuellement au 2e étage du MAH, dans la salle consacrée aux pastels et dévolue cette année au fabuleux ensemble d’autoportraits de l’artiste suisse.

Continuer la lecture…

À la redécouverte de feuilles d’éventails

Quand une exposition fait avancer la recherche

À l’occasion de la préparation de l’exposition Feuilles d’éventails entre Europe et Japon, huit dessins en forme d’éventail ont été redécouverts dans les réserves du MAH. Acquis par le musée le 23 avril 1915 pour 1675 francs suisses, avec l’aide de la subvention fédérale, auprès de «Mr. Terracina» avec la simple mention «8 gouaches, mod[èles] p[ou]r Eventails?», leur étude a permis d’affiner leur datation et leur identification.

Continuer la lecture…

Max van Berchem

Le voyage en Syrie de 1895

Depuis le 16 avril, et jusqu’au 6 juin, une exposition dossier est consacrée à Max van Berchem (1863-1921). Parmi les nombreux voyages effectués par le savant genevois pour mener à bien ses missions scientifiques, il en est un qu’il entreprend pendant deux mois en Syrie, au printemps 1895, en compagnie du jeune architecte Edmond Fatio (1871-1959), beau-frère de son frère Victor. L’entreprise a pour but de rassembler des matériaux pour son grand œuvre, le Corpus inscriptionum arabicarum, recueil systématique de toutes les inscriptions arabes, commencé quelques années auparavant.

Continuer la lecture…