Voyage, voyages…

Une Nuit des musées riche en rencontres

Danser autour de statues, se perdre entre le japonais, l’espagnol et le français, se laisser porter par des histoires extraordinaires… et entendre jodler au milieu des œuvres du plus genevois des Bernois, Ferdinand Hodler, c’est à une incroyable soirée que vous convie le Musée d’art et d’histoire pour la Nuit des musées!

Ce programme hors des sentiers battus est rendu possible grâce à la collaboration exceptionnelle nouée avec l’Université Ouvrière de Genève, l’UOG pour les intimes. Un partenariat est né il y a trois ans autour d’une envie: apprendre le français au musée en échangeant entre étudiants et médiateurs culturels. Près de cinq cents étudiants encadrés par de nombreux enseignants se sont succédé depuis dans les salles du MAH et de la Maison Tavel. Parmi eux, un groupe d’étudiants avancés, animé par Sophie Frezza de l’UOG, a entrepris tout un parcours dans les collections à raison d’une fois par mois durant deux ans sous la houlette d’Alix Fiasson et de Murielle Brunschwig, médiatrices culturelles au MAH. Aucun recoin du musée ne leur a échappé! Dans les salles archéologiques, au cœur des salles Beaux-Arts mais aussi dans les ateliers de conservation-restauration, dans les expositions temporaires… ils ont même arpenté la Maison Tavel de la cave au grenier.

Vénus et Adonis d’Antonio Canova vus depuis le péristyle ©MAH, photo : M. Sommer

Une Nuit des musées concoctée par le MAH et l’UOG

Point de visites commentées classiques, mais des moments d’échanges animés, très souvent drôles et parfois émouvants! Beaucoup d’expériences différentes d’où sont nées les propositions qui seront déclinées lors de la Nuit des musées. Ce sont donc les étudiants de l’UOG et les médiateurs du MAH qui conjugueront leurs talents et leurs énergies pour faire vivre cette soirée.

De ces rencontres est née, par exemple, l’idée des vraies-fausses histoires. À l’origine était un jeu: regroupés autour d’un objet, on confronte une histoire inventée à la véritable explication de l’œuvre. Le groupe doit ensuite voter pour déterminer la bonne version. Au milieu d’objets égyptiens, le groupe a ainsi inventé des fonctions matrimoniales à un couvercle de momie ou de nouvelles versions de la mythologie grecque encore plus incroyables que les vraies.

Le jeu du « Vrai-Faux » devant Les Jeux olympiques (1790) de Jean-Pierre Saint-Ours
photo: S. Frezza

Ces moments sont l’occasion de parler français, mais aussi de croiser les langues voire de mimer les histoires pour mieux les comprendre. De ces expériences sont nées Lost in Translation, une présentation unique d’une œuvre en trois langues, et Les statues dansent, où le geste s’associe au mot pour partager l’histoire de statues.

Enfin, comme Nuit des musées rime toujours avec musique, l’UOG a convié Vocal Cheese, un jodle entraînant et surprenant, et Eduardo Machado, qui nous embarque dans un voyage du baroque au Brésil et nous fera danser jusqu’au bout de la nuit! Et ce ne sont que quelques avant-goûts de cette soirée riche en découvertes…

Pour en savoir plus, le dernier numéro d’UOG Info revient sur l’événement et le partenariat : www.uog.ch et le programme complet de la Nuit des musées 2018 

Télécharger l'article au format PDF
l Catégorie: Blog, Vie du Musée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *