Une visite au Musée d’art et d’histoire au rythme des tout petits

Il est vrai que le Musée n’est a priori pas adapté pour accueillir de très jeunes enfants. Néanmoins, c’est un lieu qui fait partie de leur environnement et qu’ils peuvent découvrir à leur manière, tout comme ils apprennent à connaître le monde qui les entoure. C’est un peu comme si on allait se promener dans un nouveau  parc ou observer les activités sur un marché…

Partir à la découverte…

À cet âge-là, la découverte commence déjà par le lieu, son architecture, la grandeur de l’espace, la hauteur vertigineuse du plafond, les immenses escaliers ou encore le sol, fait de différentes matières: pierre, mosaïque, bois (parquet), tapis. Est-ce que cela ressemble un peu à un château, un palais?

Mais c’est aussi un grand labyrinthe que l’on ne peut pas visiter en une seule fois. Il faut donc choisir son parcours: aller à gauche, à droite, descendre ou monter. Les distances sont longues, les marches hautes et nombreuses pour ces petits visiteurs. Cependant, les grands espaces leur procurent  aussi un sentiment de liberté.

Que ce soit en famille ou dans le cadre d’une sortie de crèche, ceux qui osent se lancer dans cette aventure avec des enfants de 2 ans et demi à 5 ans se rendent vite compte qu’ils vivent un formidable moment d’échange, pourvu qu’ils soient à l’écoute des petits et qu’ils respectent leur rythme.

Garantir un climat propice à la visite et susciter la curiosité

Bien sûr, le musée est un lieu particulier: ce n’est pas un supermarché, mais pas non plus une église et encore moins une cour de récréation. Il a ses propres codes qu’il suffit de connaître pour profiter au mieux de sa visite. Il s’agit essentiellement de ne pas toucher les objets exposés et de ne pas crier par respect des autres visiteurs. Mais pour ce très jeune public, ce lieu recèle aussi quelques dangers. Il est très important de ne pas perdre de vue les enfants: ils peuvent être bousculés par un adulte, être interpellés par un surveillant, se faire mal ou se trouver dans une situation difficile pour eux. L’accompagnant passe toujours en premier dans une nouvelle salle pour tout de suite se rendre compte de la situation que l’enfant va rencontrer. Toutes ces précautions ne doivent pas décourager, mais, au contraire, servir à éviter des tensions et des remises à l’ordre afin de garder une ambiance agréable propice à une promenade en toute confiance.

Arrivé dans les salles d’exposition, c’est l’occasion de regarder quelques objets ou œuvres de plus près. Tout en étant à l’écoute des demandes et des réactions des enfants, on peut observer ensemble, se poser des questions, décrire ce que l’on voit, évoquer les couleurs, compter les personnages,  imiter leurs positions et se raconter des histoires. Il est important d’être flexible et de s’adapter aux intérêts des enfants, de ne pas les presser, de ne pas à tout prix vouloir montrer un objet ou faire passer un savoir. Et pour changer de rythme, on peut simplement déambuler, se laisser imprégner par l’atmosphère, éventuellement repasser devant des objets déjà vus, ce qui est une expérience très sympathique.

Arrivé dans les salles d’exposition, c’est l’occasion de regarder quelques objets ou œuvres de plus près.

N’oublions jamais le but de cette visite: que l’enfant puisse avoir accès au lieu « musée » dans les meilleures conditions possibles pour lui. Qu’il vive un moment sans précipitation, une découverte par petites touches, à petit pas d’enfants… Et surtout qu’il en garde un bon souvenir et qu’il ait envie de revenir.

La Médiation culturelle du Musée d’art et d’histoire organise des visites sur rendez-vous pour les crèches et propose, en collaboration avec l’Eveil culturel et artistique petite enfance, des formations pour les éducateurs/trices, afin qu’ils puissent venir au musée de manière autonome avec les enfants.

Télécharger l'article au format PDF
l Catégorie: Collections, Pédagogie
Mots clés: , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *