Un Osiris végétant sous la loupe 9/10

Le contenu de la momie

L’Osiris végétant acquis par le MAH en 2017 est une figurine rituelle de l’Égypte ancienne confectionnée lors de cérémonies en l’honneur du dieu Osiris. Il se compose d’un cercueil en bois mesurant 50,4 x 16,8 x 14,7 cm sur lequel est représentée une tête de faucon. À l’intérieur gît le simulacre de la momie d’Osiris muni d’un masque en cire peinte de 18,7 x 8 x 9 cm. En complément à l’étude publiée dans la revue Genava, n°65, voici le neuvième article d’une série relative aux traitements de conservation-restauration et aux études matérielles réalisés.

Les textes anciens décrivent les rituels en l’honneur d’Osiris et de sa résurrection, ainsi que la fabrication des Osiris végétants. La figurine était modelée à partir d’un mélange de sable et de graines d’orge germées, puis emmaillotée à l’image de la momie d’Osiris. On mentionne aussi l’utilisation de fibre de papyrus pour maintenir le modelage réalisé (Fig. 1).

Les images fournies par le scanner montrent un contenu hétéroclite. La diversité des densités mesurées ne permet pas d’identifier une matière en particulier. Celles de grande densité (en clair) tendent à se déposer vers le fond. Elles contiennent des petites zones de très faible densité s’apparentant à du vide (en foncé)(Fig. 2a à 2n).

Pour tenter une identification plus précise de ces matières internes, un sondage a été réalisé à l’emplacement d’une déchirure existante (Fig. 3). L’image du scanner permet de visualiser en coupe l’endroit choisi ainsi que l’emplacement des divers prélèvements (Fig. 4).

Un Osiris végétant sous la loupe 9/10

Les moyens d’analyse habituels (FRX, FTIR, EDX-MEB) ont été utilisés et des botanistes se sont penchés sur les prélèvements de végétaux pour en étudier la nature. Sous les premières couches visibles de textile, poix et cire d’une épaisseur de 2 mm, se trouve une couche compacte de 4 mm de fibres (moelle) de papyrus (Fig. 5 à 8). En-dessous, une zone beaucoup plus aérée de 8 mm de profondeur contient un fragment de tige de papyrus (Cyperus papyrus) (Fig. 9 et 10). On y trouve ensuite des fibres végétales partiellement enduites de résine et de gomme (Fig. 11 à 14). À 1,7 cm sous la surface apparaît du sable mélangé à des fragments végétaux (Fig. 15a et 15b). On trouve des fragments de glumelles et d’épis appartenant à une céréale. La présence de deux nervures marquées sur les glumelles (Fig. 16) et l’aspect d’un fragment de base d’épillet (Fig. 17) indiquent qu’il s’agit probablement d’orge (Hordeumvulagare) plutôt que de blé (Triticum).

Après extraction avec de l’eau, un liant servant à agglomérer le sable a été identifié par FTIR: il s’agit de gomme d’acacia (Fig. 18). Le sable contient une faible quantité de particules minérales roses (Fig. 19). De très petites cristallisations de carbonate de calcium ont été observés sur les grains de quartz (Fig. 20a et 20b). Les matériaux trouvés à l’intérieur de l’Osiris végétant concordent ainsi parfaitement avec la description livrée par les textes antiques.

Plusieurs interrogations surgissent, en revanche, de ce que l’on n’a pas trouvé: comment expliquer l’absence de fragments de racine, de graine ou d’arille? Par ailleurs, la présence de glumelles indique que la plante est arrivée au stade de la fructification. Or, il faut plusieurs mois de croissance pour que la céréale atteigne cet état, ce qui ne concorde pas avec les textes qui situent le modelage de la figurine quelques jours après la germination des graines.

Quelques hypothèses peuvent être proposées:

L’absence de racines pourrait indiquer que l’on a d’abord coupé les céréales avant de les mélanger à un sable autre que celui dans lequel les plantes ont germé. L’absence de graines peut être due au fait que ces dernières étaient déjà tombées ou prélevées de l’épi mûr lors de la fabrication de la figurine. Dans ces conditions, on peut imaginer que le modelage de la figurine aurait pu avoir lieu lors de la fête du mois de Khoiak de l’année suivante. Le fait que les rites liés à la confection des figurines pouvaient varier d’un lieu de culte à l’autre pourrait aussi expliquer les spécificités observées sur cet Osiris végétant.

Sommaire

1/10 Introduction
2/10 Le cercueil, une pièce de bois restaurée dans l’antiquité
3/10 L’identification et la datation du bois
4/10 Les décors du cercueil I
5/10 Les décors du cercueil II: les motifs figuratifs
6/10 La conservation-restauration du masque
7/10 Les couleurs du masque
8/10 Les textiles
9/10 Le contenu de la momie
10/10 Les amulettes

Télécharger l'article au format PDF
l Catégorie: Blog, Collections
Mots clés: , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *