Un Osiris végétant sous la loupe 8/10

Les textiles de la momie

L’Osiris végétant acquis par le MAH en 2017 est une figurine rituelle de l’Égypte ancienne confectionnée lors de cérémonies en l’honneur du dieu Osiris. Il se compose d’un cercueil en bois mesurant 50,4 x 16,8 x 14,7 cm sur lequel est représentée une tête de faucon. À l’intérieur gît le simulacre de la momie d’Osiris muni d’un masque en cire peinte de 18,7 x 8 x 9 cm. En complément à l’étude publiée dans la revue Genava, n°65, voici le huitième article d’une série relative aux traitements de conservation-restauration et aux études matérielles réalisés.

 

L’examen des textiles enveloppant le simulacre de la momie d’Osiris a mis en évidence la présence de trois différentes pièces de tissu. Deux sont des linceuls déposés sur la momie et la troisième est une bandelette de maintien disposée transversalement (Fig. 1).

Du lin imprégné

La nature des textiles est une fibre végétale, du lin, qu’une analyse FTIR a confirmé (Fig. 2, 3 et 4).
Par souci de préservation des matériaux, des produits d’embaumement aux propriétés antiseptiques et hydrophobes imprègnent les textiles (Fig. 5). Identifiés par FTIR , les composés sont de la cire d’abeille et une poix de nature terpénique (Fig. 6).

Un Osiris végétant sous la loupe 8/10

Trois différents tissus

Bien que tous les textiles soient de même nature, des différences résident dans leur facture. On observe trois tailles de maille appartenant à trois pièces de tissu distinctes (Fig. 7, 8,9). L’épaisseur des fils peut varier selon la pièce de tissu et selon leur usage (fil de trame ou de chaîne).

Les dimensions ont été mesurées au moyen d’un compte-fil et les épaisseurs des fils au moyen du macroscope (tableau, Fig. 10 à 21).

Tableau comparatif des trois textiles d’après les mesures du nombre de fils au cm² et de leur épaisseur.

 

L’une des pièces de tissu (le second linceul) surprend par son extrême finesse, son maillage étant à peine visible à l’œil nu. Une telle étoffe peut être considérée comme un ouvrage haut de gamme.

Deux linceuls

Deux des trois pièces de tissus sont simplement déposées sur la figurine et repliées aux extrémités (Fig. 22). La première est la toile la plus grossière alors que la seconde, posée par-dessus, est la plus fine.

Les bandelettes

Le troisième tissu, dont le maillage est de grosseur moyenne, consiste quant à lui en une (ou peut-être plusieurs) bandelette d’enveloppement servant au maintien des linceuls. Il est disposé transversalement et apparaît sur le devant à 5 niveaux: sur les chevilles, sur les genoux, sur la poitrine, sur le cou et sur le visage (Fig. 23).

Sommaire

1/10 Introduction
2/10 Le cercueil, une pièce de bois restaurée dans l’antiquité
3/10 L’identification et la datation du bois
4/10 Les décors du cercueil I
5/10 Les décors du cercueil II: les motifs figuratifs
6/10 La conservation-restauration du masque
7/10 Les couleurs du masque
8/10 Les textiles
9/10 Le contenu de la momie
10/10 Les amulettes

Télécharger l'article au format PDF
l Catégorie: Blog, Collections
Mots clés: , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *