Un nouveau départ

Initié en 2009, le bâtiment de l’Écoquartier Jonction où seront établies les nouvelles réserves des MAH est en voie d’achèvement

Courir d’un bout à l’autre de la ville est un exercice auquel les équipes de conservation, les conservateurs-restaurateurs, les chargés d’inventaire, les photographes et les transporteurs des Musées d’art et d’histoire sont particulièrement rodés. Le bâtiment conçu il y a plus d’un siècle par l’architecte Marc Camoletti n’étant pas à même d’abriter l’intégralité des collections des MAH, celles-ci ont été réparties au fil des ans dans différents entrepôts spécialisés, loués par la ville de Genève, entre lesquels le personnel doit naviguer pour mener à bien ses missions.

Une perte de temps mais aussi d’argent qui ne sera bientôt plus qu’un lointain souvenir. Le transfert des collections dans de nouvelles réserves centralisées, sur lequel les équipes du musée travaillent d’arrache-pied depuis plusieurs années, doit en effet débuter courant   2018. Créé au profit des musées de la ville sur les anciens terrains des Services Industriels de Genève et de l’ex-site d’Artamis à la Jonction, le bâtiment abritant les vastes dépôts patrimoniaux est enfin sorti de terre et l’heure est aux derniers réglages avant l’accueil des œuvres.

Nouvelles réserves patrimoniales avant l’accueil des collections du MAH
©Ville de Genève, photo: D. Jordan

Ces locaux ont été spécifiquement conçus pour conserver des objets aussi fragiles et anciens que des momies de chat égyptiennes, des armures ou des pastels, aussi la température et l’hygrométrie y sont étroitement surveillées. Sur la surface globale de 12’000 m² que se partagent plusieurs institutions genevoises, le MAH occupera 5’000 m² répartis sur cinq niveaux placés sous haute sécurité. Jouissant d’une grande hauteur sous plafond, cet espace comprend différentes réserves, toutes désormais équipées de mobilier de conservation adapté aux spécificités des collections (rayonnages coulissant sur rails sécurisés, meubles à plans, casiers…).

Nouvelles réserves patrimoniales avant l’accueil des collections du MAH
©Ville de Genève, photo: D. Jordan

Une tapisserie d’Aubusson de 5 mètres sur 3  requiert, par exemple, d’être enroulée autour d’un cylindre suspendu par chaque extrémité; les éventails doivent reposer à plat dans des tiroirs, à l’abri de la lumière; les tableaux et certaines œuvres graphiques encadrées seront accrochés à la verticale sur des grilles munies de roulettes; la plupart des pièces d’horlogerie se retrouveront sur des étagères à niveaux variables; des objets insolites, comme des grands-bis et une berline  d’enfant de la fin du XVIIIe siècle, prendront place dans des espaces spécifiquement dédiés… Tous les spécialistes sont mobilisés pour répondre au mieux aux besoins de conservation de chaque objet.

Nouvelles réserves patrimoniales avant l’accueil des collections du MAH
©Ville de Genève, photo: D. Jordan

Si les collections seront les premières et principales bénéficiaires de ces conditions climatiques optimales, le travail des équipes du musée se trouvera grandement facilité par cette centralisation inédite. D’un point de vue logistique, cette réorganisation est synonyme d’une meilleure exploitation des collections. Sur le plan scientifique, la salle commune de consultation sera sans nul doute le théâtre de confrontations ou de rapprochements inédits entre objets provenant de différents fonds.

Nouvelles réserves patrimoniales avant l’accueil des collections du MAH
©Ville de Genève, photo: D. Jordan

À ce jour, 99’000 sur 650’000 objets ont été traités dans le cadre du chantier des  collections initié en janvier 2015. Le mobilier sera le premier à être mis en caisse et fera son entrée dans les locaux flambant neufs dans les mois à venir, suivi d’une partie des collections de peintures, de drapeaux, de sculptures/installations contemporaines, d’arts graphiques, de textiles et d’horlogerie. cet aboutissement de préparatifs minutieux marque un nouveau départ pour le Musée d’art et d’histoire.

Cet article est paru dans le MAHG paru en octobre 2017. Le nombre d’objets traités a été actualisé.

Télécharger l'article au format PDF
l Catégorie: Blog, Chantier des collections.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *