Redécouvrir l’Escalade aux Musées d’art et d’histoire

Préparer sa visite avec une classe d’école

Début décembre, un sujet s’impose dans les écoles genevoises: l’Escalade. Que ce soit par le chant, la marmite en chocolat, la fête déguisée ou le récit, l’évocation de la nuit du 12 décembre 1602 est incontournable dans les écoles du canton de Genève.
Au Musée d’art et d’histoire (MAH) et à la Maison Tavel, de nombreux objets évoquent cet épisode et permettent d’appréhender l’histoire de la ville autour de 1602. Voilà une belle occasion de venir visiter ces lieux avec un sujet que les élèves connaissent bien, et de revisiter cet événement de manière originale devant une vitrine ou un tableau!

La Belle Escalade Genève 1602, 1er quart 20e s. Edouard Elzingre (1880 Neuchâtel - 1966 Genève) Lithographie en couleur Cabinet d'arts graphiques des Musées d'art et d'histoire, Genève

Edouard Elzingre, La Belle Escalade Genève 1602, 1er quart XXe s., © MAH, Cabinet d’arts graphiques, inv. E 2014-1428

Un dossier pédagogique repensé

Pour faciliter la visite des classes, le dossier pédagogique a été refait pendant l’été par l’équipe de la médiation du Musée d’art et d’histoire.
Celui-ci a pour but de procurer aux enseignants les éléments leur permettant de se rendre dans les collections du MAH et de la Maison Tavel avec leurs élèves de manière autonome. Il est axé sur quelques objets représentatifs de cette période. Il offre une information ciblée et guide leur observation au musée; il invite à faire des liens et à les replacer dans un contexte. Parce que l’enseignant est le public cible, les contenus du dossier ne sont pas destinés à un degré scolaire particulier.

Six objets sous la loupe

Le dossier propose six gros plans sur des objets ou des œuvres – à voir soit au MAH soit à la Maison Tavel – qui permettent une approche très diversifiée de l’événement: des casques et échelles retrouvés au lendemain des combats dans le fossé à des peintures du XIXe siècle… autant de manière d’appréhender l’Escalade!

La channe de la Mère Royaume

Un pot d’étain, appelé en Suisse une channe, du début du XVIIe siècle permet par exemple de se pencher sur la vie de Catherine Cheynel, plus connue dans l’histoire genevoise sous le nom de Mère Royaume. D’origine lyonnaise, Madame Cheynel épouse en 1564 Pierre Royaume, un potier d’étain. En 1572, le couple s’installe à Genève pour fuir les persécutions contre les huguenots et Monsieur devient graveur officiel de la monnaie. En 1602, ils occupent donc un appartement de fonction, Porte de la Monnaie.
La channe exposée à la Maison Tavel porte le poinçon de potier d’étain «Pierre Royaume, 1609». Il est donc l’œuvre de l’époux de la très célèbre Mère Royaume, ou de son fils du même nom, aussi potier d’étain.

La channe de la Mère Royaume, 1609

Channe, œuvre de Pierre Royaume, 1609, © MAH, photo: Y. Siza, inv. 11652

Comment venir

En raison de la forte demande, les Musées d’art et d’histoire n’offrent pas de visites guidées durant la période de l’Escalade. Les enseignants sont donc invités à venir de manière indépendante après inscription auprès du service d’accueil des publics.
En complément au dossier pédagogique, un parcours-découverte sur le thème de l’Escalade est disponible au téléchargement sur le site des Musées d’art et d’histoire.
Dès le 3 décembre, les illustrations d’Édouard Elzingre pour l’ouvrage La Nuit de l’Escalade sont en outre exposées en Salle des Armures.

Télécharger l'article au format PDF
l Catégorie: Blog, Pédagogie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *