Ramsès II retrouve César à Arles

En l’absence de la statue colossale, le MAH dévoile les dessous du système économique pharaonique

Rencontres au sommet

Deux des hommes les plus puissants de leur temps ont entamé un dialogue inédit. Ramsès II, représenté par la statue colossale du Musée d’art et d’histoire, est l’une des vedettes de l’exposition temporaire Savoir et pouvoir sous Ramsès II, Khâemouaset, le prince archéologue, qui se tient actuellement au Musée départemental Arles antique (8 octobre 2016 au 22 janvier 2017). Khâemouaset, fils de Ramsès II, est notamment célèbre pour avoir fait restaurer de nombreux anciens monuments. À Arles, Ramsès a rejoint le buste présumé de César récemment retrouvé dans le Rhône. Le général romain doit être à son tour l’hôte de Genève et de son pharaon dans le cadre d’une importante exposition temporaire qui se tiendra prochainement au musée. Préparée en collaboration avec l’institution arlésienne, celle-ci sera consacrée à la cité provençale et à ses découvertes archéologiques récentes.

Stéle de donation au nom de Ramsès III, Nouvel Empire, XXe dynastie, règne de Ramsès III, an 25 (v. 1159 av. J.C). Calcaire, H. 83 cm Fondation Gandur pour l'art, photo: A. Gomes Dos Santos, inv. FGA-ARCH-EG 224

Stèle de donation au nom de Ramsès III, Nouvel Empire, XXe dynastie, règne de Ramsès III, an 25 (v. 1159 av. J.C). Calcaire, H. 83 cm ©Fondation Gandur pour l’art, photo: A. Gomes Dos Santos, inv. FGA-ARCH-EG 224

Trois mille ans sans monnaie

En l’absence de son Ramsès, le public genevois peut aujourd’hui découvrir dans la salle égyptienne du MAH une exposition-dossier intitulée Trois mille ans sans monnaie, qui lève le voile sur le système économique de l’Égypte pharaonique. Celui-ci est basé sur le troc et la redistribution des richesses du pharaon au plus petit des fellahs, en passant par une hiérarchie d’intermédiaires. La puissance de l’autorité royale demeure la meilleure garantie du bon fonctionnement des rapports sociaux et de la prospérité. Pour témoigner de cette organisation complexe, une «stèle de donation» au bénéfice du culte d’une statue, datée du règne de Ramsès III et conservée par la Fondation Gandur pour l’art, permet d’évoquer l’attribution de vastes terres agricoles et de prébendes pour ses desservants et leurs subordonnés. D’autres objets liés à l’économie et à la comptabilité égyptiennes (modèles illustrant des pratiques agricoles, récipients gradués, reçus, poids) enrichissent la présentation qui s’achève au moment où apparaissent, sous Nectanébo II, les premières monnaies frappées sur les bords du Nil.

 

Retrouvez notre collaboratrice scientifique Aurélie Quirion le 14 décembre à 12h30 pour un Entretien du mercredi intitulé: Hâpy et la crue du Nil

Cet article est à l’origine paru dans le MAHG (septembre-décembre 2016)

Télécharger l'article au format PDF
l Catégorie: Blog, Expositions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *