Projet de musée : vision, stratégie, pertinence

Retrouvez la conférence donnée par Michel Côté dans le cadre du colloque Musées du XXIe siècle

Le Musée d’art et d’histoire travaille à son futur. Il s’efforce, avec le soutien d’un comité d’experts, de déterminer sa vocation, sa place et sa forme dans un avenir proche, mais également à plus longue échéance.

L’intervention de Michel Côté dans le cadre du colloque Musées du XXIe siècle, organisé en juin 2017, offre un faisceau de pistes et une approche originale de cet enjeu. Rien de surprenant à cela. L’homme a tour à tour compté parmi les fondateurs de l’emblématique Musée de la Civilisation à Québec et assumé la direction du non moins remarquable Musée des Confluences à Lyon. Fort de cette expérience, mais également d’importantes responsabilités au sein du Ministère de la Culture du Québec ou de l’ICOM, il porte un regard particulièrement perspicace sur l’évolution des musées contemporains.

Son analyse s’inscrit à la croisée d’un examen global de l’évolution de nos sociétés et d’une observation particulière et experte du champ professionnel de nos institutions.

En effet, Michel Côté met au cœur de son propos la mutation permanente de notre monde et de nos organisations. Ce mouvement continu justifie par exemple, à ses yeux, l’abandon d’un principe d’exposition permanente au profit du format de présentations «de synthèse et de référence», destinées à donner une lecture toujours révisable, du monde auquel nous appartenons. La dimension de référence correspond alors à la lecture scientifique et régulièrement mise à jour des phénomènes culturels, artistiques ou technologiques qui nous entourent. Elle interroge également, de manière continue, la détermination des objets qui en sont les témoins. La synthèse, quant à elle, se réfère à la nécessité de convoquer différents domaines et de jouer de toutes les disciplines pour explorer la complexité du monde, afin d’en donner une interprétation.

Vision et stratégie du musée

À l’heure de la culture globalisée et de l’affirmation des minorités, du développement et de la décroissance, Michel Côté confie donc aux musées la responsabilité d’offrir une vision et finalement d’apporter du sens au milieu d’un apparent brouhaha.

Le muséologue attend de ces institutions qu’elles précisent systématiquement et individuellement cette vision et la condensent en un projet culturel. Ce document fondateur assume alors plusieurs rôles et parmi eux celui d’exprimer des choix stratégiques – en qualifiant les publics cibles ou des options de médiation –, de déterminer des orientations d’enrichissement des collections ou de structurer des principes de gouvernance et des stratégies de développement. Son approche des musées du XXIe siècle se fait alors pragmatique et le projet culturel devient le pivot d’une réponse structurée des institutions muséales aux enjeux contemporains économiques, architecturaux et urbains.

Mission du musée, innovation architecturale et pertinence

Ainsi, Michel Côté oppose aux difficultés financières actuelles des musées une approche lucide qui n’exclue pas des stratégies commerciales mais qui se donne pour garde-fou de ne jamais trahir l’intention culturelle et les objectifs de publics initiaux. De même, refusant la gratuité d’un geste architectural simplement iconique, l’intervenant met au cœur de la conception du bâtiment le respect du projet culturel et de ses déclinaisons. Cette articulation entre la mission du musée et son architecture apparaît alors comme le point de convergence de toutes les problématiques muséales contemporaines. La pertinence et la rigueur du schéma directeur doivent en effet s’incarner dans des actions et dans des programmations qui, à leur tour, nécessiteront la détermination d’espaces, de moyens et de flux. Ces besoins concrets se condenseront en un programme architectural, qui viendra guider le travail de l’inventeur du bâtiment, au même titre que la vision du monde portée par le musée à naître.

Le musée des Confluences à Lyon ©S. Pironne

Cette priorisation du projet culturel, défendue par Michel Côté, n’exclut pas l’innovation architecturale. On voudra pour preuve le bâtiment du musée des Confluences dessiné par Coop Himmelblau. Aux yeux du muséologue cependant, elle constitue le gage de la réussite d’un musée du XXIe siècle qui repose sur la notion de pertinence: justesse de l’interprétation offerte à nos sociétés contemporaines, pensée stratégique des choix programmatiques et économiques, adéquation entre le geste architectural, la vision et le programme, pertinence enfin de la globalité de l’institution dans le développement humain auquel il contribue.

Télécharger l'article au format PDF
l Catégorie: Blog, Vie du Musée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *