Musique – À la recherche du temps d’Haydn…

Le Geneva Camerata revient au MAH pour deux nouveaux concerts

Que de musique au musée! Si cette remarque sonne comme un reproche de la part de certains, de la part des mordus, c’est un compliment! À quelques heures de la venue des merveilleux musiciens du Geneva Camerata, dirigés par David Greilsammer pour deux concerts intitulés Haydn & Friends, un petit point sur la place de la musique au musée s’impose.

Une façon détournée de faire vivre des trésors cachés

Le Musée d’art et d’histoire est riche d’une collection d’instruments de quelque huit cents pièces, dont l’étude récente a confirmé qu’elle constituait un véritable trésor. Aujourd’hui, faute de place, seule une quinzaine de pièces sont exposées. Cependant, de nombreuses actions de médiation, impliquant différents partenaires, ont été mises sur pied au fil des ans pour valoriser cette collection: un module écoles&culture autour de Johann Sebastian Bach avec Gli Angeli Genève; le cycle de concerts sur instruments anciens Musée¦Musique avec la Fondation de la Ménestrandie; des conférences en musique sur la problématique du tempérament avec le Festival Archipel… Et enfin des marathons mêlant musique, peinture et poésie autour de Bach ou d’Antonio Vivaldi  avec le Geneva Camerata.

Rencontre entre des jeunes écoliers et les élèves du Centre de Musique ancienne de Genève autour des instruments du MAH en 2011. Photo: F. Mentha

Rencontre entre des jeunes écoliers et les élèves du Centre de Musique ancienne de Genève
autour des instruments du MAH en 2011. Photo: F. Mentha

Un point commun: l’interprétation historiquement informée

Concerts, visites, conférences et colloques… Toutes ces actions sont au cœur d’une problématique commune qu’est l’interprétation historiquement informée. Autrement dit, la tentative d’interpréter la musique d’une époque en intégrant ses spécificités en matière d’écriture musicale, de facture instrumentale ou d’esthétique. Dans cette perspective, les instruments conservés dans les musées tiennent un rôle clef: parfois en étant directement joués – quand leur conservation le permet et toujours sous conditions –, et le plus souvent en servant de modèle à la réalisation de fac-similés. De nombreux facteurs d’instruments sont ainsi venus étudier au Musée d’art et d’histoire la clarinette de Theodor Lotz  ou la basse de viole de Michel Collichon, instruments célèbres et abondamment reproduits.

Conférence sur l'histoire du hautbois, par Gilles Vanssons et Gli Angeli, au MAH en juin 2010   Photo: E.

Conférence sur l’histoire du hautbois, par Gilles Vanssons et Gli Angeli, au MAH en juin 2010
Photo: E. Delacrettaz

Tantôt condition sine qua non

Certaines pièces composées avant le milieu du XIXe siècle perdent tout leur intérêt lorsqu’elles sont jouées sur instruments modernes. Ainsi, a-t-on entendu récemment au musée des sonates d’Ignaz Anton Ladurner (1766-1839) pour pianoforte et violon obligé sur un instrument Erard de 1802. D’une grande originalité, ces pièces mettent en évidence la richesse des registres d’écriture pour le pianoforte en France au début du XIXe siècle. Les pianofortes français sont en effet pourvus de quatre pédales qui permettent de modifier le timbre de l’instrument, créant ainsi un univers sonore fantastique et saisissant qu’un piano moderne ne saurait rendre.

Concert donné en mars 2013 dans les salles beaux-arts du musée ©MAH, photo: O. Ribeiro

Concert donné en mars 2013 dans les salles beaux-arts du musée ©MAH, photo: O. Ribeiro

… tantôt un choix artistique

Ce mode d’interprétation est un véritable choix artistique. Dans le cas des œuvres de Joseph Haydn (1732-1809) et des compositeurs de son entourage, amis ou élèves, proposées par le Geneva Camerata, elles seront interprétées selon les normes esthétiques du XVIIIe siècle. S’il parait évident que la musique de la Renaissance ou la musique baroque nécessitent des instruments spécifiques, on a tendance à oublier que l’instrumentarium dont disposait Joseph Haydn, le père de la musique dite «classique», est lui aussi éloigné de celui d’un orchestre moderne. Un violon dont les cordes sont en boyau et le manche peu incliné, réclame une technique d’archet particulière; un hautbois à trois clefs nécessite une maîtrise immense; le son léger et cristallin du pianoforte n’a pas grand-chose à voir avec celui d’un piano moderne… Les différences de facture instrumentale influent donc sur la technique de jeu et les couleurs sonores.

Le Geneva Camerata en pleines répétitions pour le marathon Haydn & Friends ©MAH, photo: F. Stern

Le Geneva Camerata en pleines répétitions pour le marathon Haydn & Friends ©MAH, photo: F. Stern

De même, les conditions d’écoute tiennent un rôle important. Les symphonies et les concertos, qui seront joués les 22 et 24 janvier, ont été composés pour être entendus dans les salons, en l’occurrence ceux du château du Comte Nicolas 1er Joseph Esterházy (1714-1790), employeur d’Haydn, et non pas dans une salle de concert de mille places. Assis sur des chaises ou des pliants dans la salle des Armures, les spectateurs encercleront de près les musiciens, dans une atmosphère intimiste: ces conditions d’écoute seront idéales pour embarquer les auditeurs vers la Hongrie des années 1760, pour un nouveau voyage musical…

 

Programme
Marathon Haydn & Friends
Programmes interprétés sur instruments d’époque

Concert du 22 janvier 2016 – 19h – MAH
Joseph Haydn
Orlando Paladino – Ouverture
Michael Haydn
Concerto pour flûte en ré majeur
Franz Anton Hoffmeister
Concerto pour alto en ré majeur
Joseph Haydn
Symphonie n°6, Le Matin

Concert du 24 janvier 2016 – 16h – MAH
Johann Baptist Vanhal
Symphonie en ré mineur
Joseph Haydn
Concerto pour fortepiano en ré majeur
Wolfgang Amadeus Mozart
5 Contredanses K.609
Joseph Haydn
Symphonie n°8, Le Soir

Musiciens
Roy Amotz, flûte; Yoanne Gillard & Hélène Mourot, hautbois; Michele Fattori, basson;
Vincent Canu & Kathrin Williner, cors; Cécile Dorchêne, Timoti Fregni, Joanna Huszcza, Simos Papanas, Katharina Paul & Clémence Schaming, violons; Jacek Kurzydlo & Ada Meinich, altos; Céline Barricault & Esmé de Vries, violoncelles; Julie Stalder, violone & contrebasse; Jacopo Raffaele, fortepiano.

20/15 CHF, sur place une heure avant chaque concert
Réservations +41(0) 22 418 25 00 ou adp-mah@ville-ge.ch

Télécharger l'article au format PDF
l Catégorie: Blog, Collections.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *