Cover Museomix

Museomix: c’est parti!

Si, si, c’est parti : première édition de Museomix à Genève et même en Suisse ! Il manque quelques museomixeurs, voire quelques museomixeuses, mais c’est la faute aux microbes. L’équipe de bénévoles est tellement soulagée. Le problème le plus sérieux rencontré: les post-it ne collent pas sur la magnifique peinture appliquée par l’équipe d’organisation sur les vénérables murs du Musée d’art et d’histoire. Il a fallu d’urgence s’équiper en rouleaux de sotch pour la séance Bingo (si vous préférez, le partage des idées autour des thématiques et la constitution des équipes).

Rien à dire donc du côté de l’accueil. Les museomixeurs sont ravis d’être là. Les membres de l’équipe naviguent dans tous les sens mais le stress redouté n’est même pas au rendez-vous. Les mines sont pimpantes (y’avait-il un budget maquillage ?) et les sourires réconfortants. Les choses sérieuses ont commencé du côté des facilitateurs. Xavier et son équipe se sont vite isolés en conciliabule pour mettre au point la partie cruciale de Bingo. Avec calme et clarté, Xavier briefe son équipe sur les bonnes pratiques pour le Bingo et l’accompagnement des équipes pour le reste du week-end : Et même un avertissement : s’il y des tensions, c’est à tous les coups pour le 2e jour !

Illustration: Christelle Fritz

Illustration: Christelle Fritz

Et c’est parti pour les museomixeurs. D’abord, une petite visite commentée de quelques morceaux choisis leur permet de s’imprégner des lieux… et de faire jaillir les premières idées dans leurs esprits ! Ici, elles sont incarnées par des post-its aux couleurs flash. La visite terminée, les différentes équipes à disposition sont présentées aux museomixeurs, puis c’est l’heure du Bingo, annoncé par le grand coup de gong ! Les museomixeurs sont alors invités à apposer leurs idées post-it sur un mur des livrables, en fonction des différents thèmes (aussitôt consolidées par du scotch !). Des idées en faisant éclore d’autres, les post-it (et le scotch) fleurissent le mur de quelques mots pouvant servir de piste, voire de projets déjà bien définis. Les discussions commencent déjà à fuser. Est-ce que ce prototype serait réalisable ? Encore un coup de gong et les museomixeurs doivent se répartir entre les différents projets.

Obtenir des groupes équilibrés en nombre et en compétences n’est pas tâche aisée, et, si quelques arrangements sont faits parmi nos participants, c’est finalement un des thèmes qui devra s’en arranger ! Un peu délaissé, avec seulement deux volontaires, le numéro 5, “Le musée, lieu de vie de l’extérieur à l’intérieur”, est éliminé au profit du numéro 1, “créer du lien : de l’individu à l’encyclopédisme”. Ce dernier groupe comptera donc deux fois plus de museomixeurs que les autres.

Et pour finir cette matinée de pré-mixage, un grand privilège : nous venons de manger dans la salle Palatine. Vous ne connaissez pas (encore) le Musée d’art et d’histoire ? Cette salle, c’est un rêve de museomixeur à elle toute seule. Et d’ailleurs on va y passer 3 jours et … quelques heures nocturnes.

Pendant que cela muséomixe…

Les équipes sont incroyablement concentrées. Difficile, voir impossible, de les interrompre pour glâner quelques infos sur les projets. Vivement la séance plénière !
En attendant, Museomix et ses museomixeurs font déjà partie des œuvres du musée ! La preuve, une fois par heure, les visiteurs extérieurs peuvent se mettre dans la peau des participants et venir observer les neurones qui s’agitent. Ils font alors l’exercice de s’emparer des collections du point de vue de nos cobayes-scientifiques de trois jours et peuvent rêver à de nouvelles manières innovantes de présenter les œuvres.
Utiliser la réalité augmentée pour faire revivre les couleurs d’une statue ? Pouvoir suivre un fil rouge, un parcours qui s’adapte à mes envies et me raconte le musée sans m’embrouiller la cervelle, et revenir chez moi avec un message unique ? Les idées ne manquaient pas… Les visiteurs aimeraient-ils se glisser dans la peau des museomixeurs ? Visiblement beaucoup d’attentes…

Ilustration: Christelle Fritz

Ilustration: Christelle Fritz

Première nuit au musée

Il est passé 22h. Ça turbine de nouveau à plein régime dans les cinq équipes de Museomix Léman. La plénière a parfaitement joué son rôle d’émulation. L’encyclopédisme, la cité, la grande histoire, la visite à la carte, l’immersion, toutes les invitations proposées par le Musée d’art et d’histoire (MAH) ont été saisies au vol par les museomixeurs. Les équipes planchent encore beaucoup en circuit fermé.
Le guichet du savoir est étrangement calme… les équipes planchent sur leurs idées dans la grande salle des Palatines, les « savants » sont quasiment au chômage technique. En charge de donner toute information en lien avec les collections, ils n’ont pour l’heure été contactés que par quelques muséomixeurs en mal d’images et de notices en format numérique.

Même son de cloche du côté du guichet des technos. « On sera plus sollicité demain en phase de réalisation », tente de se rassurer Alain, l’un des développeurs en charge du guichet, « car avec seulement un codeur par équipe ça risque d’être un peu juste, on sera là quand il faudra ».

Et les fabricants ? Leur guichet est désespérément vide à l’exception de quelques figurines playmobil qui attendent qu’on leur donne vie ce soir ou demain lors des présentations des différents projets. On passe le temps comme on peut en imprimant une citrouille, pourquoi pas…

C’est encore calme ici au MAH, mais plus pour longtemps…

Ce texte a été rédigé par Béatrice Pellegrini, Lucie Cauvet et Horace Perret

Télécharger l'article au format PDF
l Catégorie: Blog, Vie du Musée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>