partition musicale

Musée ¦ Musique: concerts et collections 2

Depuis 2003, la Fondation La Ménestrandie et le Musée d’art et d’histoire élaborent chaque année un cycle de trois concerts programmés au mois de novembre, autour des instruments anciens. En 2012, c’est le paysage musical européen au temps de Rousseau qui est mis à l’honneur. Après un premier article consacré aux instruments de musée, voici la musette. Rendez-vous pour le deuxième concert, dimanche 18 novembre à 16h.

De la cour au musée: la musette!

Musette de cour? Le nom de cet instrument de musique est un oxymoron, l’association improbable du champêtre et de l’aristocratique! Une dénomination révélatrice du goût de la noblesse française pour la pastorale, à l’époque de Jean-Jacques Rousseau.

« La Musette » d’après Watteau, gravée par Jean Moyreau, avant 1755, Inv. E 2011-0100, © MAH, photo: A. Longchamp

De la fête champêtre à la fête galante

Le concert musée¦musique du 18 novembre Le bon sauvage – Rêveries musicales sur un thème cher à Rousseau sera l’occasion de découvrir la sonorité très particulière de cette petite cornemuse et d’autres instruments rustiques tels la vielle à roue, le tambourin et le galoubet.

Dès la Régence, nobles et grands bourgeois se passionnent en effet pour ces instruments, en réaction à la pompe louis-quatorzienne et mus par le rêve d’un âge d’or, celui des fêtes galantes de Watteau. Réunions dans les parcs, jeux de séduction, mascarades, musiques et danses où les aristocrates se piquent de jouer aux bergers, la pastorale devient un art de vivre qui marque la peinture comme la musique.

L’art des facteurs mue ces instruments populaires en objets de luxe dont le répertoire se «baroquise» avec des partitions dues à Campra, Hotteterre, Corrette, Bodin de Boismortier, etc. De nombreuses partitions associant musette et vielle voient le jour et plusieurs traités sont publiés.

Résonnez, musettes!

La musette est une petite cornemuse dont le sac en peau, recouvert de velours ou de soie, est gonflé non par le souffle du musicien, mais au moyen d’un petit soufflet, attaché sous le bras droit. Il sert de réserve d’air, le débit étant réglé par le bras gauche pesant sur le sac. Une boîte à bourdons, petit cylindre d’ivoire à perce multiple, aux tuyaux munis d’anches doubles, est accordée en do ou en sol. Elle produit un accord de base tandis que deux chalumeaux à hanche double, perce conique et à clef, permettent de jouer la mélodie.
C’est à Jacques Martin Hotteterre, auteur d’une Méthode de musette (1737) et membre d’une illustre famille de facteurs d’instruments à vent, que l’on doit l’invention du deuxième chalumeau, monté parallèlement au premier. Muni de six clefs placées sur un tuyau bouché, il ne sonne donc que quand on  actionne l’une d’entre elles.

La musette du musée

Peu de musettes ont traversé le temps en raison des matériaux fragiles et variés dont elles sont constituées: tissus, cuir, ivoire, papier. Il en reste une dizaine, répartie dans différents musées et collections. Le Musée d’art et d’histoire de Genève peut donc s’estimer très chanceux d’en posséder une, encore qu’il s’agisse d’un cas un peu particulier. En effet, le sac de cuir, recouvert de brocart vert et, aux attaches, de rubans de brocart doré, est rembourré! Les chalumeaux et le bourdon d’ivoire ne sont pas percés. Le soufflet trapézoïdal en sapin brun verni et papier rouge renforcé de cuir noir aurait donc bien du mal à faire circuler de l’air dans l’instrument pour produire un son!

Notre muette musette est un instrument factice, un simple accessoire, à la fois de mode et de théâtre, propre à parachever un costume.

Musette, XVIIIe siècle, Inv. 9388, © MAH

Rêverie musicale

Rien de factice dans les instruments que vous entendrez pour le concert Le bon sauvage: Rêverie musicale sur un thème cher à Rousseau. Viole de gambe, dessus de viole, théorbe et guitare baroques coexisteront avec chalumeau, tambourin, musette et vielle à roue pour vous transporter au XVIIIe siècle, dans l’atmosphère sonore d’une fête galante.

À lire également:
Musée¦Musique: concerts et collections et Musée¦Musique: concerts et collections 3

Concert dimanche 18 novembre à 16 heures au MAH
Le bon sauvage – Rêverie musicale sur un thème cher à Rousseau
CHF 20.-/CHF 15.-, billets en vente sur place, une heure avant le spectacle
Prélocation à l’Arcade d’information municipale, la Maison des arts du Grütli, Cité Seniors, Genève Tourisme

 

Télécharger l'article au format PDF
l Catégorie: Blog, Vie du Musée
Mots clés: , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>