Le MAH s’associe au festival Les Créatives

Un musée pour tou.tes !

« Les musées sont des lieux de démocratisation inclusifs et polyphoniques, dédiés au dialogue critique sur les passés et les futurs. » C’est ainsi que débute une nouvelle définition des musées discutée actuellement par le Conseil international des musées (ICOM).

Un musée pour tou.tes !

« Les musées sont des lieux de démocratisation inclusifs et polyphoniques, dédiés au dialogue critique sur les passés et les futurs. » C’est ainsi que débute une nouvelle définition des musées discutée actuellement par le Conseil international des musées (ICOM).

Cette définition ancre le musée, tel qu’il est perçu aujourd’hui, dans les débats qui traversent la société: non plus comme un simple spectateur des transformations en cours, mais comme un acteur, un lieu de conversation et d’expression des principes d’égalité. Un lieu d’intégration des minorités visibles et antidiscriminatoire. Un lieu enfin capable d’un regard critique sur l’institution telle qu’elle a fonctionné par le passé.

Les équipes des musées n’ont cependant pas attendu la validation de cette définition pour inclure dans leur pratique ces valeurs essentielles au XXIe siècle. En témoignent notamment les nombreuses actions que mène depuis plusieurs années l’équipe de la Médiation culturelle du MAH: des visites et une programmation1 plus participatives; un travail en réseau avec des associations engagées dans la participation culturelle de minorités (Kaléidoscope2, l’UOG…) ou avec des jeunes de l’ACCES II; obtention du label Culture inclusive décerné par ProInfirmis; et, en 2020, un partenariat avec le festival Les Créatives.

Le partenariat avec les Créatives

Les Créatives se définit comme un festival pluridisciplinaire, qui soutient et met en avant la création artistique et la production intellectuelle de femmes et de minorités de genre. Les Créatives cherchent à sensibiliser un large public et ses partenaires sur les enjeux liés à l’égalité dans les arts, la culture et la société.

Consciente de la vraie problématique que pose la collection du MAH en matière d’égalité des genres, et que l’on retrouve dans tous les domaines publics3, la Médiation culturelle du MAH a pris contact, au début de l’été 2020, avec les directrices du festival dans l’idée de démarrer un partenariat. Plusieurs formes ont été évoquées, puis, en raison de la situation sanitaire, la prudence a été de mise avec la conception d’une proposition viable en cas de nouveau confinement. Une sage décision au vu de la tournure des événements…

Ni vues, ni connues?

Un audioguide* semblait être la forme la mieux adaptée à la période si spéciale que nous traversons aujourd’hui. Il s’inscrit dans la volonté actuelle de questionner les privilèges de certains qui, rappelons-le, se font toujours aux détriments d’autres. Notre intention est de raconter celles qui, d’une manière ou d’une autre, ont lutté pour être reconnues en tant qu’artistes, autrices ou femmes d’État, pour ne pas tomber dans l’oubli ou rester dans l’ombre d’un mari.

Elles se nomment Alice Bailly, Berthe Morisot, Camille Claudel, Élisabeth-Charlotte de Bavière, Felicità Sartori, Germaine de Staël, Élisabeth Vigée Le Brun, Louise Breslau, Marguerite Vallet-Gilliard, Amélie Calame, Marie-Thérèse d’Autriche, Martha Stettler, Pompeia Plotina, Marguerite Naville, Élisabeth de Stoutz et Rosalba Carriera. Aucune de ces femmes ne doit sa célébrité à son nom d’épouse ou à son image: toutes se distinguent par leur œuvre et leur action.  Et toutes ont dû faire preuve de capacités d’adaptation et de force de caractère pour parvenir à leur fin. Il n’y a aucun raison valable à ce qu’elles soient ni vues ni connues!

Même si, depuis l’époque de ces femmes, certaines choses ont changé, il y a encore beaucoup de chemin à parcourir pour faire évoluer notre imaginaire et celui de nos enfants sur les rôles qui sont encore trop souvent assignés en fonction du genre. Espérons donc que ce projet contribue modestement à la réparation de l’oubli que la société égalitaire de demain exige.

Il est grand temps de faire la part belle aux femmes du MAH, d’entendre leurs voix, d’écouter leurs histoires, de découvrir leurs œuvres et leur talent… et de les rendre enfin visibles!

Afterwork#11, Cherchez la femme, 9 mars 2017 ©MAH, photo: M.Sommer

* Dès le 16 novembre, retrouvez chaque jour une nouvelle plage audio sur notre page Facebook ou le compte Instagram du festival Les Créatives (du 16 au 29 novembre 2020). L’audioguide sera également disponible au MAH, pour suivre un parcours fléché dans les salles, dès la réouverture du musée prévue le 1er décembre.

 

Notes
1 En 2019, le MAH et le CFPA recevaient le prix Particip’Action décerné par le Jury des 16-18 ans pour leur partenariat durant la Nuit des Musées.
2 Depuis 2017, le MAH collabore aux actions menées par l’association Kaléidoscope, dont les buts consistent à : favoriser l’accès à l’offre culturelle proposée sur le Canton de Genève pour un plus grand nombre de jeunes enfants (0 à 6 ans) et leurs familles ; soutenir la cohésion sociale en permettant à l’enfant et à sa famille de tisser des liens avec d’autres familles, dans son quartier, dans sa ville, dans son canton ; servir de passerelle reliant les domaines du social et du culturel.
3 En 2016, la BAA organisait à ce titre un edit-a-thon visant à améliorer la présence des femmes et des arts sur Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *