Le MAH entre en scène !

Quand le spectacle se déroule au musée

Le visiteur du Musée d’art et d’histoire peut être motivé par toutes sortes d’ambitions: la délectation, la découverte, la recherche, la connaissance, la rencontre, le questionnement… L’équipe de la Médiation culturelle s’applique à répondre à ses attentes avec un programme riche et varié et tente même de provoquer la surprise avec des propositions inédites et originales.

Quand le spectacle se déroule au musée

Le visiteur du Musée d’art et d’histoire peut être motivé par toutes sortes d’ambitions: la délectation, la découverte, la recherche, la connaissance, la rencontre, le questionnement… L’équipe de la Médiation culturelle s’applique à répondre à ses attentes avec un programme riche et varié et tente même de provoquer la surprise avec des propositions inédites et originales.

En initiant un dialogue avec les arts de la scène, par exemple, le musée invite les publics à (re)découvrir la collection autrement, comme il offre une porte d’entrée à des personnes qui, sans cela, ne franchiraient pas forcément son seuil. Cette programmation aiguise le regard et la curiosité, et fournit de nouvelles clés de lecture. Toutefois, derrière le divertissement se dessine une même intention: provoquer la rencontre entre un public cible et les objets du MAH.

Les salles de musée, des scènes pas tout à fait comme les autres

Les compagnies conviées au MAH présentent des spectacles dont le thème, l’esthétique, le propos ou la démarche font écho à des objets exposés.

C’est le cas du pianococktail de Géraldine et Nicolas Schenkel qui a résonné pour la première fois lors de la Nuit des exquis musées en 2015, dialoguant avec la collection d’instruments de musique anciens et la grande machine de Jean Tinguely, Cercle et carré. Éclatés, exposée dans la salle attenante. Il y a dans la démarche de Nicolas Schenkel, qui intègre à son piano toutes sortes d’objets récupérés de-ci de-là, un petit zeste du génie de Tinguely… autant de raisons de faire découvrir ce merveilleux duo au public du musée.

Nuit des Musées, 2015 ©MAH, photo: Mike Sommer

L’automne dernier, ce fut au tour de la compagnie Le Bestiaire à pampilles de jouer sa création La Gaarde dans la Salle des Armures. Une toile de fond idéale pour ce détachement de la garde suisse, revisitée avec ce qu’il faut de burlesque, muni de morions et d’hallebardes.

Spectacle La GAARDE de la Cie Bestiaire à pampille

Le musée comme source d’inspiration

D’autres propositions sont conçues sur mesure pour le musée, inspirées par les espaces ou les objets qui s’y trouvent. Les artistes viennent alors découvrir un pan de la collection, s’en imprègnent, reçoivent informations et documentation et reviennent encore et encore imaginer la manière dont leur univers et celui du musée pourront converser et initier une découverte inédite, décalée, drôle voire émotionnelle des lieux et des objets. Ce processus, plus ou moins long, se fait en interaction avec l’équipe de Médiation afin de respecter les contraintes du lieu et d’assurer le confort du public. Les artistes s’inspirent souvent d’anecdotes, de sens cachés, de détails ou de secrets des objets qui se révèlent à eux ou que les équipes partagent lors des séances de préparation…

La tête dans le sac : créations pour les tout-petits

Danse, pantomime, ambiances sonores, visites en musique ou théâtralisées, contes ou installations, les formes que prennent ces conversations sont aussi multiples que les quelque 650’000 objets de la collection et les publics pour lesquels elles sont créées – tout petits, adultes, personnes à besoins spécifiques…

En 2017, les deux marionnettistes de la compagnie Tête dans le sac ont ainsi monté un spectacle itinérant à destination des tout petits dans l’enfilade des salons historiques du musée. Partant de l’ancienne salle d’honneur du château de Zizers, transposée au MAH dès son ouverture en 1910, les deux artistes ont imaginé un châtelain perdu, à la recherche de sa mère. Une (en)quête à travers différentes salles a permis aux enfants, embarqués dans un récit à leur portée, de ressentir les atmosphères que dégagent ces salons et de regarder attentivement les objets qui s’y trouvent.

À l’automne 2020, pour la semaine de Vacances qui donnent la patate!, le musée a demandé à la compagnie d’imaginer une aventure à la Maison Tavel. Après plusieurs visites, les artistes ont choisi les sous-sols et la citerne pour leur spectacle. Et oui, pas besoin d’avoir une grande expérience dans le domaine du patrimoine pour ressentir de l’émotion dans les caves médiévales et leur extension du XVIIe siècle! Mais comment explorer les salles de manière ludique et sans perdre les enfants? Le jeu d’enquête, façon chasse au trésor, du premier spectacle était le fil rouge pour conserver l’attention du public. Lors du second, une partie de cache-cache a permis de découvrir les lieux et les drôles d’animaux qui s’y trouvent.

Vacances qui donnent la patate, 2020 © photo: Mike Sommer

 

Vacances qui donnent la patate, 2020 © photo: Mike Sommer

Une citerne du XVIIe siècle est ainsi devenue l’habitat d’une immense tortue gourmande de salade ou les différents niveaux des caves permettent à une girafe de déployer son long cou de plus de deux mètres de manière spectaculaire! Et tandis que les yeux des enfants brillent de plaisir après le tour de magie final, ceux des parents s’égarent quelques fois dans les hauteurs ou sur des colonnes de pierres romanes.

Le musée se doit d’être un espace privilégié de rencontres entre les arts et les publics. Et le plaisir que les équipes du musée et les artistes prennent à concevoir des spectacles, clés en main ou sur mesure, est à la hauteur de celui que le visiteur, alors spectateur, prend à y assister.

Le spectacle La ménagerie de la maison Tavel est à nouveau proposé aux familles le dimanche 16 mai à l’occasion de la Journée internationale des musées, et le mercredi 19 mai 2021 à 10h, 11h et 15h, sous réserve de la situation sanitaire. Informations et réservations ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *