Ulrich Choffat; dessin du denier d'Auguste

La Nuit antique genevoise

Coup de baguette magique sur monnaies et pierres romaines au Musée d’art et d’histoire!

Ce vendredi 24 avril, la lune va se lever sur la Nuit antique genevoise. Organisé par une association de jeunes chercheurs du Département des Sciences de l’Antiquité de l’Université de Genève, ce festival dédié à l’Antiquité permet aux curieux, grands et petits, de découvrir les techniques des légionnaires romains, l’art d’écrire sur du papyrus, de s’essayer à la frappe de deniers romains, de s’initier à la cuisine des empereurs et beaucoup d’autres choses encore. Rendez-vous à la promenade Saint-Antoine et au Musée d’art et d’histoire, partenaire de cette manifestation!

Au MAH d’ailleurs, bien avant la tombée de la nuit, une quinzaine de classes de 6P va goûter à la réalité augmentée dans la salle grecque et s’émerveiller devant les sarcophages égyptiens; les «Mille et un deniers de la République» et les inscriptions du lapidaire, touchés par un coup de baguette magique, sortiront de leur mutisme.

Ainsi, ils verront par exemple, sur la plus ancienne pièce d’argent frappée à Rome, l’histoire touchante de Romulus et Rémus, sauvés d’une mort certaine par une louve. Les Romains, qui massacrèrent les animaux par plaisir dans le cirque, étaient capable d’apprécier chez les animaux des sentiments de pitié: le graveur du coin a représenté les jumeaux en train de jouer à l’ombre du ventre nourricier de la louve au regard attendri et protecteur.

cdn_2001_0923_© MAH_Geneve_photo_Samuel_

Didrachme, Rome, entre 270 et 265 av. J.-C. Argent, 6,9 g, diamètre moyen 20,5 mm ©MAH, photo: S.Crettenand. Inv. no CdN 2001-0923

Ils apprendront également l’histoire du serpent de Lanuvium. Comme le raconte Properce, poète latin, les Romains quittaient leur cité une fois par année pour se rendre à Lanuvium. Cette ancienne ville latine avait conservé sa foire et son culte de Juno sospita, car cette déesse guerrière favorisait également les bonnes récoltes. À un moment-clé de la journée, une jeune-fille devait s’aventurer dans une colline creuse et tendre une fougasse au miel à un serpent qui se réveillait après l’hiver. Si on voulait espérer une bonne récolte, la jeune fille devait ressortir saine et sauve! Sinon, la monnaie ne laisse rien présager de bon, pour la malheureuse servante d’abord, pour les paysans ensuite…

Denier, Rome, 64 av. J.-C. Argent, 3,8 g, diamètre moyen 18,5 mm © MAH, photo: M. Campagnonv. No. Inv. CdN 2001-1594

Denier, Rome, 64 av. J.-C. Argent, 3,8 g, diamètre moyen 18,5 mm © MAH, photo: M. Campagnonv. No. Inv. CdN 2001-1594

À 15h, place aux adultes: Christophe Schmidt, de l’Université de Genève, va brosser le portrait de la Genève gallo-romaine (Genua, puis Genava en latin), en s’appuyant sur la collection épigraphique. Compassés dans leur toge neuve, les traits indistincts mais le pas assuré, les autorités municipales d’il y a deux mille ans jaillissent des pierres et se présentent, avant de se renseigner sur la voie la plus courte des honneurs. Pour cela, ils consultent le milliaire d’Antonin ou celui des tétrarques et s’inclinent en partant pour Rome devant les fées de Troinex.

epi_0029_© MAH_Genève_photo_Bettina_

Borne milliaire, deuxième Tétrarchie (entre 305 et 306) Découverte : Crévy (commune de Veigy-Foncenex, Haute-Savoie), avant 1845 Calcaire urgonien gravé, haut. 197 cm; diam. 60 cm © MAH, photo: B. Jacot-Descombes. N° d’inv. EPI 0029

En début de soirée , à 18h15, à l’aula de l’Université, quelques «stars» de l’histoire romaine – de Romulus à Constantin, en passant par César et Agrippine – seront placées sous les feux de la rampe. Les soussignés dévoileront «leur face cachée», à l’aide de deniers, sesterces et intailles issus des collections du Musée d’art et d’histoire.

Dans les collections du Cabinet de numismatique du MAH, un denier d’argent créé pour Auguste, qui aimait les corridas, représente un taureau qui baisse la tête et gratte le sable de l’arène, au moment de charger. La pièce originale a servi de modèle aux coins qui seront utilisés au cours de la Nuit pour frapper un fac-similé, avec des outils identiques à ceux utilisés par les ouvriers de la monnaie de Lyon, là où l’original a vu le jour, entre 15 et 13 avant l’ère chrétienne. La monnaie a été reproduite par Ulrich Choffat, dessinateur, alors qu’il accomplissait son service civil au Cabinet de numismatique.

avec la collaboration de Jean-Quentin Haefliger, historien (Comité d’organisation de la Nuit antique)

Télécharger l'article au format PDF
l Catégorie: Blog, Vie du Musée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>