Instagram au musée: ou comment saisir l’instant…

Voici déjà plus d’un an que les Musées d’art et d’histoire sont actifs sur les réseaux sociaux. Ils sont naturellement présents sur les «classiques» comme Facebook et Twitter, mais ils le sont aussi sur des plateformes comme Instagram, un outil grâce auquel le musée publie très régulièrement des images – soit plus de 500 depuis mi-septembre 2012, date de l’ouverture de notre compte.

Instagram a changé les habitudes du musée et sa relation aux visiteurs. Cette plateforme nous a tout d’abord donné l’occasion de toucher un public plus jeune, à l’écoute des tendances, mais qui ne va pas nécessairement au musée. Elle a en outre permis d’ouvrir plus largement les portes de l’institution, tissant de nouveaux liens avec les visiteurs et favorisant une relation plus intime. Depuis plus d’un an, les Musées d’art et d’histoire invitent en effet le public à partager leur quotidien et à entrer dans leurs coulisses: le départ et l’arrivée d’œuvres, le montage et démontage d’expositions ou encore l’activité de professionnels peu en contact avec les visiteurs. Ainsi, ce n’est plus uniquement le produit fini qui compte – une exposition – mais bien la valeur intrinsèque du musée: la vie de ses collections et le travail des personnes qui l’animent.

Cela s’est naturellement traduit par de nouvelles habitudes comme celle, notamment, de publier le lundi une photo qui dévoile au public ce qui se passe au musée lorsqu’il est fermé. Cette image est systématiquement identifiée par le mot clé (hashtag) #jourdefermeture. Initié en France sur Twitter et utilisé par un grand nombre de musées francophones tels que le @quaibranly, @centrepompidou ou encore @museecluny et @mucem_officiel, #jourdefermeture informe, tout en satisfaisant la curiosité du public.

Un exemple d’une image #jourdefermeture

Sur ce même principe, les MAH, très attachés au jeune public et aux familles, publient régulièrement des photographies des activités de médiation culturelle qui leur sont proposées, avec le hashtag #mahfamily. Ils viennent aussi d’initier #mahmusique pour tous les mélomanes qui souhaitent suivre les différents concerts organisés dans l’institution. Une manière concrète de se rapprocher de nos visiteurs et de partager des moments culturels riches en émotions et en échanges.

A la Maison Tavel, les enfants découvrent d’autres facettes de l’histoire de l’Escalade.

Enfin, le musée autorise la prise de vue «amateur» (sans flash et sans trépied) dans ses collections permanentes. Une manière d’inciter chacun à laisser une trace de sa visite, mais aussi à partager une émotion, un point de vue personnel ou décalé sur les collections, le bâtiment… Ensemble, ces images forment une passionnante mosaïque de regards qui racontent un musée à la fois singulier et pluriel, intégré dans sa ville. Elles constituent également une marque d’attachement à un patrimoine culturel qui nous appartient à tous.

Qu’est-ce qu’Instagram?

Cet outil de partage de photographies permet de publier directement des images réalisées avec un smartphone sur ce réseau social tout comme sur d’autres plateformes comme Facebook, Twitter, Flickr, etc. Avec plus de 150 millions d’utilisateurs, Instagram a démocratisé la diffusion de photographies et a révélé de nombreux talents. L’un de ses principaux atouts, outre une grande facilité d’utilisation, est en effet la possibilité de retoucher les images prises par téléphone en appliquant l’un des filtres proposés, donnant un véritable cachet aux photos les plus banales.

Télécharger l'article au format PDF
l Catégorie: Blog, Vie du Musée
Mots clés: , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *