Incursion dans les collections de la Société des Arts de Genève

Le fonds de dessins Alfred Dumont

Près de 3 000 dessins du peintre genevois Alfred Dumont (1828-1894) sortent des réserves pour une vaste campagne d’inventaire et de valorisation. Ce projet a été possible grâce à la convention qui lie la Société des Arts de Genève, propriétaire de ce précieux fonds, et les Musées d’art et d’histoire où est déposé cet ensemble de dessins dont la conservation est garantie par l’équipe du Cabinet d’arts graphiques. La coopération entre ces deux importantes institutions genevoises permettra ainsi, grâce à sa mise en ligne sur le site du MAH, de rendre accessible ce corpus aux chercheurs comme au grand public.

La Société des Arts de Genève, consciente de l’importance de ses archives et de ses œuvres d’art au regard du patrimoine historique local, a lancé au printemps 2016 un véritable chantier de ses collections. Ce projet initié par Étienne Lachat, secrétaire général, et l’historien Sylvain Wenger, se concentre au premier chef sur les biens écrits de l’association, mais concerne également certaines œuvres.

Si le recensement et le reconditionnement systématique des archives demeurent les objectifs premiers, l’ambition du projet est, à long terme, la numérisation de certaines ressources et la création d’outils de consultation. Cette volonté de connaître et de faire connaître le patrimoine de la Société a donné lieu, en novembre 2016, à une exposition au titre évocateur (Lumière !), qui proposait au public un aperçu de la trajectoire historique de l’institution sur le plan régional et international.

Alfred Dumont (1828-1894), Portrait d’Otto Knille à l’Académie de Düsseldorf, 1852 Crayon de graphite sur papier beige, 180 x 145 mm. CdAG des MAH, Genève, collection de la Société des Arts de Genève ©MAH, photo: A. Longchamp, inv. n° Dum. 063-128-a

À la redécouverte d’Alfred Paul Émile Étienne Dumont

Un nouveau volet de ce projet se penche sur un ensemble majeur et méconnu des Genevois  les archives et le fonds de dessins d’Alfred Paul Émile Étienne Dumont (1828-1894). Peintre, voyageur, collectionneur et promoteur des arts à Genève et en Suisse au XIXe siècle, Dumont était aussi un membre très actif de la Société des Arts à laquelle il légua en 1894 une importante partie de ses collections, dont la quasi-totalité des dessins autographes.

Cette donation avait fait l’objet d’un premier inventaire dans les années 1980, sous la direction de la conservatrice du Cabinet des dessins, Madame Anne de Herdt, réalisé par Madame Lydie de La Rochefoucauld. Cette dernière, passionnée par les périples de l’artiste, constitua une documentation très complète de photographies ainsi que de notes personnelles renseignant les nombreux voyages entrepris par Dumont. La campagne d’inventaire réalisée en 2017 consistait donc en premier lieu en la révision et l’harmonisation des fiches selon les normes du Cabinet d’arts graphiques d’une part, et, d’autre part, en la numérisation intégrale du fonds en vue de sa mise en ligne sur le site des Musées d’art et d’histoire. Ce travail a en outre permis de repérer 380 dessins qui avaient échappé au premier recensement. Il a également mis en lumière la valeur intrinsèque du corpus.

Alfred Dumont (1828-1894), La Salle des antiques à Düsseldorf, 1853. Crayon noir et estompe sur papier beige, 180 x 268 mm. CdAG des MAH, Genève, collection de la Société des Arts de Genève ©MAH, photo : A. Longchamp, inv. n° Dum. 063-011-1

Cinquante ans de dessins pour retracer une carrière

Le fonds se compose de feuilles volantes, de grands comme de petits formats, de carnets, de cahiers ainsi que de sept grands albums, dont deux démembrés, dans lesquels l’artiste a lui-même collé les dessins qu’il a en partie datés et, parfois, annotés. Réalisés entre 1846 et 1894, ceux-ci offrent une vue très suggestive de sa carrière. Ils peuvent être subdivisés en trois groupes.

Alfred Dumont (1828-1894), Deux études de nu féminin, 1868. Fusain et lavis gris sur papier verdâtre, 226 x 236 mm. CdAG des MAH, Genève, collection de la Société des Arts de Genève
©MAH, photo : A. Longchamp, inv. n° Dum. 059-122

Un premier ensemble rappelle sa formation de peintre, tout d’abord auprès du genevois Jean-Léonard Lugardon (1801–1884), puis à l’Académie de Düsseldorf et enfin dans l’atelier de Charles Gleyre (1806–1874) à Paris. On y trouve des études d’après modèle, travaillées avec soin, des vues des ateliers et salles de collections où les élèves venus de toute l’Europe, que Dumont s’amusait à portraiturer, se formaient à la copie des antiques et des grands maîtres.

Alfred Dumont (1828-1894), Étude du meunier pour le tableau Le meunier son fils et l’âne, avant 1881. Crayon noir et estompe sur papier blanc, 268 x 210 mm. CdAG des MAH, Genève, collection de la Société des Arts de Genève
©MAH, photo : A. Longchamp, inv. n° Dum. 067-037

Un deuxième groupe illustre plus concrètement son activité de peintre, de l’étude d’un motif au dessin préparatoire d’un tableau, d’une gravure ou encore d’affichettes de spectacle, dîners de bienfaisance ou d’associations d’artistes. On y trouve également des caricatures et des vignettes satiriques destinées à la presse ou des projets d’illustrations de livres. Ces feuilles nous renseignent sur les différentes commandes qu’un artiste tel que Dumont pouvait recevoir, notamment à Genève.

Alfred Dumont (1828-1894), La Finance couronnant les Arts, dessin préparatoire du règlement du Cercle des Artistes, 2e moitié XIXe siècle. Fusain sur papier bleuté, 240 x 295 mm. CdAG des MAH, Genève, collection de la Société des Arts de Genève
©MAH, photo : A. Longchamp, inv. n° Dum. 059-008

Enfin se distinguent les dessins qui renseignent ses pérégrinations à travers la Suisse, l’Europe et même, de janvier à juin 1891, autour du monde. Tel un photoreporter, Dumont immortalisait à travers ses croquis les paysages, des Alpes suisses aux villages d’Extrême-Orient, les personnes, de ses compagnons de voyages aux petites gens, ou encore divers objets, des tableaux de grandes collections qu’il visitait aux détails décoratifs qui ornaient les intérieurs de maisons. La facilité et la rapidité de son crayon ou de son fusain, techniques de prédilection de Dumont, donnent à ses croquis une extrême vitalité et un caractère (quasi) instantané.

Alfred Dumont (1828-1894), Une rue avec des personnages à Osaka, 1891
Crayon noir, estompe et lavis beige sur papier blanc, 208 x 292 mm. CdAG des MAH, Genève, collection de la Société des Arts de Genève ©MAH, photo : A. Longchamp, inv. n° Dum. 062-101

Ce précieux fonds, bénéficiant d’une étude approfondie en cours menée par l’historien de l’art Frédéric Hueber, fait l’objet d’une exposition* qui se tient à partir du 12 septembre au Palais de l’Athénée, à Genève. Cette rétrospective se propose non seulement d’étudier l’œuvre artistique de Dumont, mais également de mettre en avant la richesse et la complexité du personnage dont l’historiographie avait presque perdu la trace. Elle sera l’occasion de revenir plus en détail sur son parcours cosmopolite, son œuvre ainsi que son réseau d’amis composé d’artistes genevois, suisses et étrangers. Enfin, elle permettra de mieux comprendre l’époque dans laquelle il évolua et les engagements artistiques qui le poussèrent à rejoindre, dans les années 1880, un mouvement national militant pour l’organisation d’un salon fédéral de peinture et de sculpture et la création d’un musée national suisse.

Alfred Dumont (1828-1894), Brienz, une rue avec des maisons en bois, des personnages et une vache s’abreuvant, 1858. Fusain et rehauts de craie blanche sur papier blanc, 220 x 285 mm. CdAG des MAH, Genève, collection de la Société des Arts de Genève
©MAH, photo : A. Longchamp, inv. n° Dum. 063-049-1

L’Héritage insoupçonné d’Alfred Dumont (1828-1894)
Du 12 septembre au 11 novembre 2018
Salle Crosnier, Palais de l’Athénée

Télécharger l'article au format PDF
l Catégorie: Blog, Collections.

Une réponse à Incursion dans les collections de la Société des Arts de Genève

  1. Intéressant article ! Je trouve vraiment que cet éventail des dessins de l’artiste sont d’un grande beauté. On voit bien leur authenticité et je pense même que je pourrait m’en inspirer pour mes prochaines réalisations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *