Horace de Saussure par lui-même (2/2)

L’autoportrait du peintre genevois vient de bénéficier d’une restauration

Matière et technique

L’étude de cet autoportrait révèle qu’il a été peint sur un panneau en bois d’acajou de teinte rouge, dont les bords ont été chanfreinés pour en faciliter le montage ultérieur. La planche utilisée mesure 37,2 x 46,2 cm pour 1 cm d’épaisseur. Ces dimensions répondent à un rapport de 1,25 – proportion traditionnellement adoptée dès le XVIIe siècle pour le genre du portrait. […]

Fig. 1 Image par réflectographie infrarouge.
En jaune, les lignes du dessin et de sa construction, apparues lors de l’examen ©MAH, V. Lopes

Un dessin préparatoire est visible en réflectographie infrarouge (fig. 1). Ce dessin, réalisé à l’aide d’une fine pointe métallique (mine d’argent, plomb-étain?), vient marquer le contour délicat du visage, la pommette gauche saillante, l’arête du nez, l’oreille ainsi que la bouche, la barbe et les yeux. Notons que la prunelle des deux yeux a été tracée délicatement non pas à main libre mais à l’aide d’un compas, ce qui témoigne de l’attention et de la précision apportée par le peintre dans la mise en place de sa composition. […]

La palette du peintre est volontairement limitée à quelques couleurs, ce qui crée une unité spatiale entre la figure et l’arrière-plan – coloré de terres naturelles rouges. L’habit, à base de bleu de cobalt, détache le corps au premier plan, alors que la carnation du visage – composée de blanc de plomb, de vermillon et d’un noir d’origine animale (noir d’ivoire ou noir d’os?) – concentre toute la luminosité (fig. 2). […]

Fig. 2 Localisation des quatre points d’identification des pigments par fluorescence X ©MAH, V. Lopes

Traitement de conservation-restauration

Entré à l’atelier de conservation-restauration de peinture au mois d’octobre 2016 après presque 60 ans passés dans les réserves, le tableau a bénéficié d’une étude matérielle, d’une intervention de nettoyage de sa surface et d’un conditionnement complet incluant la pose d’un verre de protection. […] Le traitement a révélé une facture extrêmement habile, grâce à laquelle les moyens techniques, réduits à l’essentiel, parviennent à produire des effets visuels de grande qualité. […]

Fig. 3 Détail en cours de traitement ©MAH, V. Lopes

Ce travail de conservation-restauration aura permis de réhabiliter ce tableau méconnu, en vue de son intégration [pendant quelques semaines] dans une salle consacrée aux artistes genevois contemporains de renom, tels qu’Auguste Baud-Bovy, Henry van Muyden, Ferdinand Hodler ou Daniel Ihly (fig. 4).

Fig. 4 L’autoportrait de Horace de Saussure exposé dans la salle consacrée aux peintres contemporains de Ferdinand Hodler ©MAH, V. Lopes

La redécouverte du portrait d’Horace de Saussure «par lui-même» vient confirmer le talent précoce de ce peintre, dont l’œuvre, peu connue, devra être étudiée de façon approfondie et systématique afin de mieux cerner cette personnalité discrète et d’en comprendre le parcours.

Sur le même sujet: Horace de Saussure par lui-même (1/2)

Cet texte est une version abrégée de celui publié dans le Genava 64, qui vient de paraître.

Télécharger l'article au format PDF
l Catégorie: Blog, Collections.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *