Genève, cité horlogère 2

La collection contemporaine du MAH

Chaque automne à Genève, une soirée dédiée à la cérémonie du Grand Prix d’horlogerie célèbre le 12e Art, celui qu’incarnent les savoir-faire et la culture de l’horlogerie suisse et internationale. L’exposition des montres présélectionnées pour cette édition 2017 se déploie dans les salles palatines du Musée d’art et d’histoire jusqu’au 12 novembre. Elle s’accompagne de cinq vitrines abritant 26 montres-bracelets contemporaines de la collection du MAH réunies depuis 2004, grâce à la générosité des compétiteurs du Grand Prix d’horlogerie.

De gauche à droite: Fig. 1 Prix Montre Joaillerie 2006 – Piaget, Montre-bracelet joaillerie Limelight Party, Genève, 2006. Don Piaget, 2008 Fig. 2 Prix Montre Dame 2015 – Hublot, Montre-bracelet automatique Big Bang Broderie, Nyon, 2015. Don Hublot, 2017 Fig. 3 Grand Prix de l’Aiguille d’or 2014 – Breguet, Montre-bracelet Breguet Classique Chronométrie- Chronométrie 7727 10Hz, L’Abbaye, 2014. Don Breguet, 2014 ©MAH inv. H 2008-129, inv. H 2017-68 , inv.H 2015-2

Un réseau précieux

Cette double exposition, complétée par une présentation des travaux de maturité 2017 de la HEAD en design horloger, illustre l’une des missions les plus gratifiantes qui incombent aux institutions publiques. L’étroite relation cultivée entre entreprises, artisans et musées est idéale, autant qu’indispensable, pour exposer la création moderne mais aussi pour démontrer combien il est essentiel, au présent, d’enrichir le futur. La politique d’acquisition du MAH en matière d’horlogerie est guidée par une réflexion critique, elle-même fondée sur une vision d’ensemble de l’histoire de l’institution, de ses collections et des lieux qui les ont abritées au fil du temps. Ces vitrines rappellent aussi combien le réseau créé entre industrie, créateurs, collectionneurs et conservateurs se retrouve autour de manifestations communes: expositions, locales ou internationales et distributions de prix sont autant de feux dardés pour la mise en valeur du savoir-faire horloger, héritage culturel et patrimonial répandu autour du globe à la faveur de la mondialisation.

De gauche à droite: Fig. 4 Prix « Revival » 2014 – Omega, Montre-bracelet automatique, The Speedmaster « Dark Side of the Moon », Bienne, 2013. Don Omega, 2014 Fig. 5 Alternative au Prix du chronographe de sport 2011 – TAG Heuer, Montre-bracelet Microtimer, La Chaux-de-Fonds, vers 2005. Don TAG Heuer, 2005 Fig. 6 Prix de la Montre Homme 2008 – Vacheron Constantin, Montre-bracelet à remontage automatique Quai de l’Ile, Genève, 2008. Don Vacheron Constantin, 2010 ©MAH, inv. H 2014-156, inv. H 2005-24, , inv. H 2010-19

Les montres contemporaines au MAH

Une analyse rapide de cette collection singulière permettra à nos successeurs de lire l’évolution de l’horlogerie durant plus d’une décennie (2004-2017). L’œil distingue d’une part, au chapitre de la décoration, un regain d’intérêt marqué pour les métiers d’art: gravure manuelle, guillochage, décors des platines (grains d’orge, perlage, côtes de Genève…), sertissage (serti mystérieux, pavage…) (fig. 1), émaillerie (miniatures peintes, émaux champlevés, cloisonnés ou paillonnés), marqueteries diverses… Il remarque d’autre part le renouvellement des matériaux (céramique, titane, fibre de carbone et même broderie….) (fig. 2) et leur qualité de légèreté inhérente. Il repère également l’exploitation de modèles iconiques, puisés dans les catalogues anciens (œuvres vintage ou revival) (fig. 3 et 4), le défi relevé de la miniaturisation et de la précision de marche accrue; il s’arrête enfin sur les automates et les sonneries adaptés au format de la montre-bracelet.

De gauche à droite: Fig. 7 Alternative au Prix de l’Aiguille d’or 2005 – Vacheron Constantin, Montre-bracelet automatique Jubilé 1755, Genève, 2005. Don Vacheron Constantin, 2006 Fig. 8 Prix du Public 2011 – Audemars Piguet, Montre-bracelet automatique Millenary 4101, Le Brassus, 2011. Don Audemars Piguet, 2012 Fig. 9 Grand Prix de l’Aiguille d’or 2004 – F. P Journe, Chronomètre-bracelet Tourbillon Souverain à seconde morte, Genève, 2004. Don François-Paul Journe, 2006 ©MAH, inv. H 2006-47, inv. H 2012-234, inv. H 2006-48

Si la technologie électronique est liée à la montre dame ou aux affichages digitaux (mouvement à quartz) (fig. 5), elle peut aussi se lire à travers le dessin ou le décor (gravure au laser) (fig. 6). Et si l’affichage des cadrans se complexifie avec les indications cumulées, il se clarifie grâce au design (fig. 7). De même, le mouvement se met à nu et à vue (fig. 8), les rubis illuminent les platines: à portée du regard de l’amateur, fasciné par les cages de tourbillon compliquées (fig. 9, 10 et 11), les balanciers ou autres roues à colonnes (fig. 12) permettant un accès direct au cœur du garde-temps.

De gauche à droite: Fig. 10 Prix de l’Innovation technique et de la complication 2004 – Jaeger LeCoultre, Montre-bracelet Gyrotourbillon, Le Sentier, 2004. Don Jaeger-Lecoultre, 2005 Fig. 11 Prix de la Grande complication 2011 – Zenith, Montre-bracelet Academy Christophe Colomb Equation du temps, Le Locle, 2011. Don Zenith, 2013 Fig. 12 Prix de la Montre Homme (ex aequo) 2004 – Zenith, Chronographe-bracelet ChronoMaster Open XXT, Le Locle, v. 2004. Don Zenith 2005 ©MAH, inv. H 2005-187, inv. H 2013-24, inv. H 2005-21

Au même titre que les chefs-d’œuvre des siècles passés, l’horlogerie contemporaine raconte l’histoire de la mesure du temps et participe des discours didactiques et esthétiques générés au sein du musée. Que les créateurs, les artisans et les manufactures soient chaleureusement remerciés pour leur contribution active autant que généreuse à nos missions fondamentales de préservation, de transmission et de délectation.

Télécharger l'article au format PDF
l Catégorie: Blog, Expositions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *