Fresque digitale

Des selfies par milliers pour récréer un autoportrait de Hodler

Lors de la soirée Afterwork#14 Rendez-vous avec Hodler, qui a accueilli plus de 1’300 visiteurs le 18 janvier dernier, a été lancée une cette vaste opération collaborative intitulée Hodler, roi du selfie.

Parmi les nombreux événements qui rythment cette année de commémoration du centenaire de la disparition du peintre à Genève, ce projet est né d’une idée très simple: inviter le grand public à rendre hommage à Ferdinand Hodler avec les technologies d’aujourd’hui.

Hodler, de l’autoportrait au selfie

Comme tous les artistes depuis la Renaissance, Hodler s’est livré à l’exercice traditionnel de l’autoportrait. De son premier autoportrait peint, dans lequel le jeune homme de 19 ans sort de l’ombre au propre comme au figuré, aux derniers datant de 1917 dans lesquels il apparaît affecté par la maladie, le Musée d’art et d’histoire conserve une dizaine de toiles et une trentaine d’œuvres graphiques qui témoignent de son évolution physique sur une quarantaine d’années.

Aujourd’hui, l’autoportrait n’est plus l’apanage des seuls artistes cherchant à s’exercer, à asseoir leur statut ou à exprimer un état d’esprit: l’un de ses avatars n’est autre que le selfie. Jusqu’au 18 février, toutes et tous sont invités à se prendre en photo et transmettre leurs clichés numériques via le site Internet spécialement dédié (HodlerSelfie.ch) ou Instagram avec le hashtag #HodlerSelfie. Un espace Hodler a même été spécialement aménagé à l’entrée du MAH pour permettre aux visiteurs de se photographier devant une version agrandie d’un autoportrait ou d’un paysage de l’artiste.

Un autoportrait en version monumentale

L’opération ne s’arrête pas là. Une fois 2018 selfies récoltés, un logiciel spécialisé pourra recréer l’autoportrait de Hodler à partir des milliers de photographies utilisées comme autant de morceaux de mosaïque; en lieu et place de la touche picturale du maître suisse, apparaîtront les visages de femmes, d’hommes et d’enfants de tous âges et de tous horizons.

Ferdinand Hodler (1853-1918), Autoportrait, 1916
Huile sur toile, 40 x 38 cm
©MAH, photo : F. Bevilacqua, inv. 1939-66

Cette fresque digitale sera accessible et navigable sur le site et sera également imprimée sur une bâche de 7 mètres sur 8. Les passants pourront la découvrir accrochée sur la façade du Musée d’art et d’histoire, dès le 2 mars. À vos smartphones !

Cette opération bénéficie du généreux soutien de Bordier & Cie, Banquiers Privés, fidèles partenaires des opérations digitales du MAH sur Instagram.

Télécharger l'article au format PDF
l Catégorie: Blog, Vie du Musée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *