Enrichissement des collections

Burhan Doğançay, hôte exceptionnel des collections du MAH

À la faveur de deux donations, les collections du Cabinet d’arts graphiques du Musée d’art et d’histoire ont récemment été enrichies d’un fonds remarquable d’œuvres de l’artiste turco-américain Burhan Doğançay (1929-2013). Présent dans les collections publiques en Europe et aux États-Unis¹, exposé à New York et Paris², Doğançay reste encore à découvrir en Suisse et dans le monde francophone, alors qu’il est internationalement considéré comme l’un des artistes majeurs de sa génération.

Burhan Doğançay (1929-2013), Heart n° 14, 1977.
Gouache sur vélin d’Arches, 345 x 525 mm (feuille).
©Estate of the artist, CdAG du MAH, inv. D 2018-36

De généreux donateurs ont d’abord offert une peinture au MAH en 2015 (Guru, 1989, visible actuellement dans la salle AMAM), suivie en 2018 par trois gouaches de la série Hearts (1977). La seconde donation émane de Madame Angela Doğançay, veuve de l’artiste, qui a souhaité confier au musée cinquante-trois gouaches, cinq peintures et un carnet de croquis. Cinquante-cinq pièces de cet ensemble sont liées au travail Walls of Israël que Doğançay réalise en 1975. Cette année-là, il poursuit une démarche initiée à New York dans les années 1960. Son intérêt porte sur les murs, éléments essentiels de l’environnement humain, qui témoignent indirectement des préoccupations sociales et politiques d’une époque, notamment au travers des affiches et des graffitis qu’ils arborent.

Burhan Doğançay  (1929-2013), Gerber’s Baby – Ben Zion St., 1975-2008.
Média-mixtes, 144 x 203 cm.
Don, 2018, Angela Doğançay ©Estate of the artiste, MAH, photo: F. Bevilacqua, inv. BA 2018-0016

Après les États-Unis et Israël, Doğançay parcourt plus d’une centaine de pays pour récolter des photos destinées à nourrir ses œuvres sur toile ou sur papier. Si l’ensemble Walls of Israël offert par Madame Doğançay expose de manière exhaustive une étape d’une réflexion menée sur plusieurs décennies, les quatre toiles additionnelles et les œuvres reçues auparavant permettent d’envisager plus largement le travail de cet artiste encore rare. C’est donc avec gratitude et enthousiasme que le MAH accueille ces dons, et se réjouit de les faire découvrir.

Christian Rümelin, conservateur en chef et Caroline Guignard, assistante-conservatrice au Cabinet d’arts graphiques

 

1. Sprengel Museum, Hanovre, 1989 ; Moderna Museet, Stockholm, 1989; Pinakothek der Moderne, Munich, 1997; Cleveland Museum of Art, 2008; Museum of Fine Arts, Boston, 2009 ; Albertina, Vienne, 2017.
2. Metropolitan Museum of Art 1982; Musée national d’art moderne, Centre Georges-Pompidou, 1982.
Télécharger l'article au format PDF
l Catégorie: Blog, Collections.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *