Enrichissement des collections

Une montre de poche signée Pierre Jaquet Droz

Deux arguments de poids ont prévalu en faveur de l’acquisition d’une montre de poche émaillée, à sonnerie et carillon, et de sa clef accordée: l’un est lié à la signature de l’oeuvre et l’autre à sa provenance.

Rare…

D’une part, le patronyme neuchâtelois Jaquet Droz, associé à celui de Leschot à Genève, compte parmi les noms les plus réputés de l’horlogerie du dernier quart du XVIIIe siècle: leurs créations exceptionnelles – notamment destinées au marché chinois – installent à Genève l’horlogerie à grande complication et portent leurs auteurs au panthéon des horlogers suisses, parmi les Rochat, Piguet & Meylan et autres Bovet…

Pierre Jaquet Droz (1721-1791). La Bonne Aventure, montre de poche et sa clef, 1790.
Mouvement à sonnerie, échappement à cylindre, mouvement à carillon, cinq airs et sonnerie des heures sur cloche, au passage ou à volonté. Cadran d’émail blanc, aiguilles en or, grande seconde centrale. Décor peint en émail La Bonne Aventure ou Henri et Emma, inspiré de deux oeuvres d’Angelika Kauffmann (1741-1807).
Poinçon à deux étoiles sur le fond de la boîte : *Jd* ©MAH, photos: B. Jacot-Descombes, inv. H 2019-15

et magnifique !

D’autre part, l’oeuvre parfaitement conservée est directement liée à Gustave Loup (Tien-Tsin, 1876–Genève, 1961), négociant horloger et collectionneur fameux: le garde-temps qu’il a acheté en Chine a rejoint sa collection d’horlogerie et d’émaillerie laquelle a compté jusqu’à deux-cents pièces de premier ordre et fut exposée notamment à Genève, au Musée des arts décoratifs, à l’Athénée et au Musée d’art et d’histoire. Gustave Loup avait d’ailleurs fait don en 1915 au MAH d’une montre Bovet, rejointe en 1939 par des achats effectués par le musée auprès de l’Office des faillites. Ces montres dites chinoises illustrent une époque brillante d’une industrie genevoise célèbre entre toutes: l’émaillerie appliquée au décor de la montre.

Le mécanisme de la montre de poche, son étiquette et sa clé
©MAH, photos: B. Jacot-Descombes, inv. H 2019-15

L’oeuvre aujourd’hui accueillie au musée offre ainsi de nouvelles perspectives à l’entier de la collection et alimentera sans aucun doute études et projets futurs.

 

Télécharger l'article au format PDF
l Catégorie: Blog, Collections.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *